La Haute-Loire Paysanne 19 juin 2019 à 15h00 | Par Suzanne MARION

La pression de lutte s’organise et s’intensifie

La FDGDON Haute-Loire crée une zone pilote sur le plateau du Mézenc, secteur qui a subi depuis 20 ans plusieurs pics de pullulation de campagnols terrestres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les observations de mai 2019 confirment que les populations de campagnols sont en phase de croissance, comme noté en 2018, avec localement des parcelles impactées de manière très importantes.
Les observations de mai 2019 confirment que les populations de campagnols sont en phase de croissance, comme noté en 2018, avec localement des parcelles impactées de manière très importantes. - © FDGDON

■Les prairies du Mézenc sont régulièrement dévastées par le campagnol terrestre ; plusieurs pics de pullulation ont été recensés au cours des 20 dernières années. Aussi, «une implication de tous, est indispensable pour ne plus voir ça» lancent les responsables professionnels de la FDGDON (Fédération départementale des Groupement de Défense contre les Organismes Nuisibles). Dans le cadre d’une action cofinancée par la DRAAF AuRA, la FDGDON 43 a débuté un travail sur une zone pilote définie sur six communes du plateau du Mézenc (Champclause, Chaudeyrolles, Les Estables, Fay sur Lignon, Les Vastres et Saint Front).
La FDGDON, qui est mobilisée depuis plusieurs années sur tout le département pour trouver des solutions pérennes face à ce ravageur des prairies, a concentré ses observations sur cette zone pilote afin d’établir un état des populations de taupes et de campagnols dès ce printemps. Ce travail de surveillance s’effectue en collaboration avec de nombreux agriculteurs locaux. L’objectif est d’impliquer un maximum de personnes pour limiter l’impact économique et environnemental des campagnols terrestres sur les activités agricoles.


Phase de croissance
Les premières observations effectuées, sur cette zone lors de l’été 2018, avaient déjà montré que les populations de campagnols étaient en phase de croissance notamment sur certaines parcelles des communes de Saint Front et Chaudeyrolles. Les observations du mois de mai 2019 confirment cette phase de croissance avec localement des parcelles impactées de manière très importante.
Les communes de Chaudeyrolles, Fay sur Lignon et le Nord Est de Saint Front ont atteint un niveau inquiétant. La dynamique ressemble au cycle précédent de 2014 qui avait engendré de nombreuses pertes : perte de fourrages, perte de diversité de la flore, butyriques dans le lait ou encore bovins perdus à cause d’occlusion en lien avec la consommation de terre.
Il est cependant très important de signaler que lors des observations, au milieu des zones fortement touchées, sur un certain nombre deparcelles -sur lesquelles une lutte (taupe et campagnol) a vraisemblablement été mise en œuvre- on constate des niveaux de dégâts moins importants. Ces mesures, mises en place de manière régulière, sont donc pertinentes, et grâce à elles, Il est fort probable que les fourrages récoltés sur ces parcelles seront plus abondants et surtout de meilleure qualité.


Il n’est pas trop tard
Attention toutefois, la carte indique un indice d’abondance à un instant T ; les populations continuent d’évoluer et de se multiplier à partir du printemps. Il est donc important que tous les agriculteurs exploitant dans la zone se mobilisent pour limiter collectivement l’impact du futur pic de pullulation. Même si les niveaux sont très élevés sur certaines parcelles, il n’est pas encore trop tard pour intervenir sur toutes les zones où la densité est encore basse.
De plus, la lutte est efficace si le sujet est considéré dans son ensemble. En effet, en parrallèle la lutte contre la taupe est primordiale afin de limiter la création d’un réseau de galeries important qui permettra plus tard une installation rapide et abondante des campagnols terrestres. Actuellement, de nombreuses parcelles ont des niveaux très élevés de taupinières. Des interventions sont possibles pour la taupe même en cas de parcelles très touchées.
Un suivi attentif de ces zones à risque élevé va se poursuivre dans les mois à venir. La FDGDON va donc continuer ses missions afin de mobiliser, d’informer et de former le plus grand nombre de personnes sur ces six communes dans l’objectif de conduire  une lutte collective, efficace et pérenne. La prochaine étape va consister à prendre contact avec les communes afin d’impliquer un public plus large dans l’observations et la lutte. Des réunions d’information seront prochainement programmées…
S. Marion d’après FDGDON

Plus d’infos
Contactez la FDGDON43 au 04 71 02 97 22.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui