La Haute-Loire Paysanne 09 avril 2020 à 15h00 | Par Véronique Gruber

La filière Fruits rouge des Monts du Velay face à l’incertitude

Pas impactée par la crise du coronavirus, la filière Fruits rouges des Monts du Velay se trouve cependant face à des incertitudes concernant le démarrage de la saison au 1er juin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
1 million de plants de fraisiers se plantent en ce moment dans la zone de production du GIE.
1 million de plants de fraisiers se plantent en ce moment dans la zone de production du GIE. - © HLP

Si la filière fruits rouges des Monts du Velay n’est, à ce jour, pas impactée par la crise sanitaire du Covid-19, les producteurs et les responsables du GIE se trouvent dans l’incertitude la plus totale pour la période de l’entrée en production qui surviendra au 1er juin prochain.
Tout dépend du Covid-19...
«Personne ne peut nous dire quelle sera la situation sanitaire de la France dans 2 mois» explique le directeur du GIE Denis Chirouze qui envisage dès à présent deux situations : «Soit le coronavirus est encore là ; dans ce cas, cela va être très compliqué d’assurer le ramassage et la commercialisation des fruits. La main d’oeuvre polonaise va-t-elle venir en France ? C’est la difficulté que rencontrent à l’heure actuelle les opérateurs des fraises de France.... Soit, le virus n’est plus actif chez nous, et là on pourrait connaître un phénomène d’euphorie (forte consommation après des semaines de confinement) qui sera très bénéfique pour nous».
La saison 2020 des Fruits rouges des Monts du Velay est donc étroitement dépendante de l’évolution  du Covid-19.
En attendant, les producteurs procèdent à la plantation de nouveaux plants de fraisiers, framboisiers et groseillers à l’aide d’une main d’oeuvre locale, étrangère (arrivée avant la crise) et à la solidarité entre producteurs. «Ce sont 1 million de plants de fraisiers qui se plantent en ce moment !» souligne Denis Chirouze.
L’incertitude liée au Covid-19 gêne tout de même un peu le travail actuel du directeur du GIE dans la préparation de ses commandes d’emballages. «Avant la crise du coronavirus, nos clients demandaient des barquettes en carton et ouvertes, depuis ils ont fait complètement marche-arrière en préférant des barquettes en plastique et fermées. Aussi, à l’heure actuelle, on ne sait plus trop ce qu’il faut commander !».
Une production qui se présente bien
En dehors de l’incertitude liée au Covid-19, la production de Fruits rouges des Monts du Velay se présente plutôt bien cette année.
La culture n’a pas subi de problématiques spécifiques, même si le directeur du GIE regrette l’absence de gels importants cet hiver. «L’idéal pour les petits fruits, c’est d’avoir une dizaine de jours à -10°C, ce qui permet de détruire certains parasites comme la drosophile... Quant aux gels de ces derniers jours, il n’ont occasionné aucun souci».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui