La Haute-Loire Paysanne 15 novembre 2017 à 08h00 | Par Alison Pelotier

La DJA revalorisée donne de nouvelles perspectives

En 2017, la suppression du prêt bonifié remplacé par une aide directe devrait permettre une augmentation de la DJA et booster l’installation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sébastien Mazallon, vice président de Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes, en charge du dossier installation. La prochaine session régionale installation, se tiendra le 1er décembre en Ardèche.
Sébastien Mazallon, vice président de Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes, en charge du dossier installation. La prochaine session régionale installation, se tiendra le 1er décembre en Ardèche. - © Apasec

«Beaucoup de monde attendait la nouvelle grille des aides à l’installation». Sébastien Mazallon, vice-président de Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes, en charge du dossier installation, en est persuadé, la mise en place de la 4e modulation de la DJA en 2016 a contribué à donner un coup de boost aux installations dans certains départements de la région. Modulée pour aider davantage les hors cadres familiaux et les projets répondant aux principes de l’agroécologie et générateurs de valeur ajoutée et d’emploi, cette nouvelle grille a permis à quelques dizaines d’agriculteurs de s’installer avec une aide plus importante que les années précédentes. Une majoration entre 10 et 15 000 euros suivant les zones d’installation et un regain d’intérêt pour les zones de plaine.

Une DJA plus attractive
Dans le Puy-de-Dôme par exemple, le nombre de DJA accordé a connu une forte augmentation entre 2015 et 2016, passant de 50 à 90 installations par an. Cas de figure similaire en Ardèche où à peine plus de 20 projets ont vu le jour en 2015, presque le double en 2016. La Drôme aussi a connu une belle progression passant de 35 installations en 2015 à presque 60 l’année suivante.
La Loire n’a, elle, pas connu les effets positifs de cette nouvelle modulation. Le nombre de DJA a reculé de 70 à 50 en 2016 en un an. «La conjoncture a été très compliquée. Dans ce département, les paysans vivent d’élevage et de céréales. Les deux ont beaucoup souffert cette année», explique Sébastien Mazallon.
Quant aux filières d’installation, d’après les chiffres du dernier bilan d’activité du mois d’octobre des Points d’accueil installation (PAI) et Centres d’élaboration du plan de professionnalisa-
tion personnalisé (CEPPP) dans les départements rhônalpins, l’élevage bovin n’est présent que dans 15% des projets envisagés alors qu’il atteint les 40% dans les départements auvergnats. Dans ces mêmes départements, le maraîchage est présent dans 10% des souhaits d’installation contre 15% en Rhône-Alpes. Quant aux élevages d’ovins et de caprins, ils représentent 16% dans toute la région alors que 27% des personnes accueillies envisagent tout ou partie de leur production en agriculture biologique.
La Drôme se démarque avec des souhaits forts de production bio pour la moitié des projets envisagés.

S’adapter aux nouvelles pratiques
À l’échelle régionale, la part de personnes qui envisagent une installation hors cadre familial atteint une moyenne de 60% avec de fortes disparités départementales : 74% dans l’Ain et 23% dans le Cantal, à titre d’exemple. Seul 1/3 des personnes reçues dans un PAI se positionne pour une installation avec le bénéfice des aides alors qu’au moins 42% sont éligibles.
«Aujourd’hui, 700 jeunes s’installent tous les ans avec des aides, soit environ deux tiers des installations. Cela ne suffit pas à assurer le renouvellement des générations. Notre objectif est d’atteindre les 800 installations par an d’ici 2020. Nous avons beaucoup de mal à capter ce nouveau public qui s’installe en agroécologie. Certains se font aider par les chambres d’agriculture, d’autres s’autofinancent», reprend Sébastien Mazallon.
«L’enjeu c’est de pouvoir répondre au mieux à leur projet. Pour cela, il faut qu’ils se manifestent». Et d’ajouter : «Aujourd’hui, les jeunes n’ont pas forcément les mêmes envies et projets que ceux qui partent à la retraite. Par exemple, lorsqu’un jeune souhaite s’installer en maraîchage bio sur une exploitation laitière traditionnelle, cela demande du travail et de l’aménagement. C’est aussi à cela que nous réfléchissons pour que tout le monde puisse travailler dans de bonnes conditions».

Nouveaux critères de modulation de la DJA

Installation hors cadre familial : majoration de + 15 %
Valeur ajoutée et emploi : majoration de + 20 %
Agroécologie : majoration de + 20 %
Installation difficile : majoration de + 10 %
Coût de reprise ou de modernisation important : 5 fourchettes de montant d’investissement entre 100 000 et 300 000 euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui