L'Anjou Agricole 14 mars 2019 à 15h00 | Par AA

La biosécurité d’un élevage, ça se soigne

Limiter la propagation des infections au sein et à l’extérieur d’un troupeau, c’est possible grâce à l’adoption de mesures préventives simples. Illustration lors d’un atelier GDS organisé mardi 12 mars à Segré.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Blanquefort (debout à droite), directeur du GDS Maine-et-Loire, lors de l’atelier consacré à la biosécurité, mardi 12 mars à Segré.
Philippe Blanquefort (debout à droite), directeur du GDS Maine-et-Loire, lors de l’atelier consacré à la biosécurité, mardi 12 mars à Segré. - © AA

En quoi consiste la biosécurité dans un élevage ? D’abord à prévenir l’introduction d’agents infectieux venus de l’extérieur. Ensuite, lorsque cela n’a pas été possible, à restreindre leur dissémination au sein du troupeau. Enfin, à éviter leur transmission au cheptel voisin et éventuellement aux humains.  Dans un contexte de diarrhée virale bovine (BVD), avec 1 % des bovins achetés et 4 % des veaux nés de mères achetées gestantes classés  IPI (pour Infecté permanent immunotolérant), ces   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Anjou Agricole

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui