MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir La Haute Loire Paysanne quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
La Haute-Loire Paysanne 19 février 2020 à 12h00 | Par Véronique Gruber

« Je crois que le changement peut-être passionnant et rentable »

Le 11 février, Maud Fontenoy a emmené son auditoire à travers les océans montrant ainsi toute la persévérance dont elle a fait preuve pour atteindre son objectif. L’occasion pour elle de faire part de sa propre vision de l’écologie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Maud Fontenoy avec les présidents des trois Chambres consulaires, juste avant la conférence.
Maud Fontenoy avec les présidents des trois Chambres consulaires, juste avant la conférence. - © ©HLP

■La navigatrice et femme politique, Maud Fontenoy, était en Haute-Loire le 11 février au soir, pour donner une conférence sur le thème de l’économie et de l’écologie.
Invitée par les 3 chambres consulaires, la Chambre d’agriculture, la CCI (Chambre de commerce et d’industrie) et la Chambre de métiers et de l’artisanat, Maud Fontenoy a captivé la salle du centre culturel de Vals-près-Le Puy par son témoignage poignant de sportive engagée pour une écologie raisonnée et modérée. Une vision qui convient parfaitement aux acteurs économiques consulaires qui ont poursuivi cette soirée autour d’une table ronde.
Elle a traversé deux océans à la rame et bouclé un tour du monde en solitaire, Maud Fontenoy est venue témoigner de ses exploits, de sa motivation sa faille et de son courage qui lui ont permis de relever ses défis. Un bel exemple à suivre selon les acteurs économiques de notre département, les chefs d’entreprise, d’exploitation et artisans...
Coup de rame
après coup de rame
Après la diffusion d’une vidéo qui retrace quelques moments forts de son quotidien sur son bâteau, Maud Fontenoy confirme que “l’Homme est capable de relever des défis plus plus grand que lui”.
Son défi était “la réalisation d’un rêve et surtout prouver que c’était possible pour une femme”.
Or dans son défi qui aurait pu paraître insurmontable, Maud a vite réalisé que “le plus grand des océans se traverse coup de rame après coup de rame”.  À l’image des chefs d’entreprises qui se fixent  des objectifs et des défis très lointains et ambitieux, et à l’image du défi de l’environnement, c’est en “morcelant son défi” que l’on arrive à “réussir tous ensemble” a expliqué la sportive.
Comme un chef d’entreprise qui se retrouve seul face à ses décisions, Maud Fontenoy a puisé toute l’énergie nécessaire dans sa motivation et sa préparation.
Ses aventures sur les océans l’ont conduite à toucher du doigt la fragilité de notre environnement et à parler d’écologie à sa manière. Une écologie, qui selon elle, ne doit pas s’opposer à l’économie.
“Je garde cette volonté de parler des océans qui souffrent des activités humaines” indique Maud Fontenoy qui encourage son auditoire à renouer avec cette partie naturelle que l’on a tous au fond de nous.
Les océans : le poumon
de notre humanité
Cette conscience environnementale l’a conduite à créer sa propre fondation dont la mission est de faire de l’éducation à l’environnement avec pragmatisme et réalisme.
“La vie est née dans les profondeurs des océans il y a 4 milliards d’années. Aujourd’hui, notre survie dépend de celle du “grand bleu” qui s’étend sur les 3/4 du globe. Les océans sont le poumon de notre humanité” a-t-elle lancé avant de faire état du triple défi face auquel se trouve notre humanité : “Les actionnaires des entreprises demandent du changement (à l’égard de la préservation de l’environnement), les clients ont les mêmes attentes tout comme les équipes, les collaborateurs des entreprises et les générations futures qui veulent donner du sens à leur travail”. Face à des mers asphixiées par le plastique, Maud Fontenoy a clamé l’urgence d’agir. “Le plastique revient dans nos assiettes. Nous consommons l’équivalent d’une carte bleue de plastique par semaine !”. Maud Fontenoy, qui s’est retrouvée face au 7ème continent (masse de plastiques agglomérés) au gré de ses expéditions, sait qu’il y a urgence de se mobiliser pour l’environnement, mais pas de n’importe quelle façon. Si pour elle, “il est indispensable de suivre le mouvement, il faut toutefois aider les acteurs. Et je crois que le changement peut-être passionnant et rentable”.
Maud Fontenoy, qui croit en la symbiose entre l’homme et la nature conseille de prendre un peu de  hauteur : “On voit que le chemin est possible et là où il y a une volonté, il y a toujours un chemin”. Après son intervention, les chambres consulaires ont ouvert une table-ronde à laquelle 4 acteurs économiques de notre territoire participaient.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui