La Haute-Loire Paysanne 02 juillet 2020 à 09h00 | Par Suzanne MARION

«J’agis demain» pour mon projet et mon métier

Douze stagiaires ont débuté ce mardi 30 juin, la formation proposée par Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire, “J’agis demain“, organisée sur 8 journées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les 12 stagiaires réunis pour la première journée de formation, en présence de Les 12 stagiaires réunis pour la première journée de formation, en présence de Guillaume Avinain Secrétaire général de JA43.
Les 12 stagiaires réunis pour la première journée de formation, en présence de Les 12 stagiaires réunis pour la première journée de formation, en présence de Guillaume Avinain Secrétaire général de JA43. - © HLP

Douze jeunes agriculteurs et agricultrices, installés ou en phase d’installation, étaient réunis mardi 30 juin à l’immeuble interconsulaire au Puy-en-Velay, pour la première journée de la formation «J'Agis demain» organisée chaque année par Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette formation qui se déroule sur 8 jours est divisée en plusieurs modules. Elle a pour but d'apporter aux jeunes des informations nécessaires à la mise en place et à l'optimisation de leur projet d'installation, et de les aider à initier une réflexion propre et personnelle sur leur projet afin de le développer au mieux.
«Cette formation est en place depuis maintenant 3 ans. Elle est proposée par JA aux jeunes qui le souhaitent pour leur préparation à l’installation. Elle n’est pas obligatoire, mais entre dans le cadre des stages prévus avant installation» précise Guillaume Avinain secrétaire général de JA43. “J’agis demain“ n’est pas une formation comme les autres. Elle ne porte pas sur de la technique, de l’économique, du juridique… Non, elle invite le stagiaire à «une approche du métier différente, à une réflexion personnelle autour du métier qu’il ou elle a choisi» explique Guillaume, qui a lui-même suivi une formation de ce type il y a quelques années et en a retiré du positif. «Ce fut une occasion de rencontre avec d’autres jeunes futurs agriculteurs, d’échanges autour de notre métier à travers les expériences des uns et des autres». Cette formation est une ouverture pour les jeunes. «Avant leur installation, les jeunes ont souvent la tête dans le guidon. Cette formation les invite à relever la tête et à s’ouvrir, à appréhender le métier autrement».
Le programme de ces 8 journées est aussi riche que varié. Il invite les jeunes à réfléchir sur les orientations futures de leur exploitation, à s’investir pour et autour de leur métier avec toutes les cartes en mains…
Suite en novembre
La première journée, ce mardi 30 juin, était consacrée à la présentation de la Chambre d'Agriculture et du Service de Remplacement avec pour finalités de travailler sur l'organisation du travail sur leur exploitation et sur la possibilité et les modalités pour être remplacés par un agent, le cas échéant.
La formation se poursuivra en novembre, période plus calme dans le milieu agricole. Les jeunes iront à la rencontre de la Direction Départementale des Territoires pour bien ancrer leur projet selon les politiques d’aménagement territorial, et de Cerfrance pour en appréhender toute la dimension économique. Ils passeront également 4 jours au GRETA du Velay pour travailler sur la confiance en soi afin de s'exprimer à l'oral plus librement en étant capable d'argumenter et de défendre leur opinion. Ce module s’inscrit tout à fait dans l’actualité. Plus que jamais, les agriculteurs et agricultrices sont amenés à échanger avec les citoyens pour expliquer leur travail, ses enjeux, ses contraintes et ses richesses. C’est de la communication…
Enfin ils poursuivront par deux jours dans le département du Puy de Dôme afin d'aller à la rencontre d'agriculteurs avec qui ils parleront de diversification, signes de qualité, problématiques environnementales mais surtout de l'importance pour les agriculteurs d'être représentés à tous les niveaux (OPA, Commune, Communautés de communes...). «Ces deux jours sont importants, dans ce parcours, insiste Guillaume Avinain. C’est l’occasion de créer du lien entre les stagiaires».
L'année prochaine, les jeunes devraient prendre le train direction Paris pour un voyage d'étude de 3 jours. Au programme : découvrir là où se prennent les grandes décisions du monde agricole.
Suzanne Marion et Christelle Baud

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui