La Haute-Loire Paysanne 16 juin 2011 à 17h02 | Par Sébastien PORTAL

Foncier - Faire des échanges de parcelles pour gagner du temps

Pour améliorer leurs conditions de travail, gagner du temps, et développer la production laitière les associés du Gaec au Beau Fix à Fix St Geneys, ont procédé à des échanges de terrains dans le cadre d'une opération conduite avec la Chambre d'Agriculture. Une trentaine d'hectares ont été échangés entre 4 exploitants. Témoignage

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les associés du GAEC au Beau Fix, Jean-François et Jérôme,
ont échangé une surface de 10 Ha.
Les associés du GAEC au Beau Fix, Jean-François et Jérôme, ont échangé une surface de 10 Ha. - © HLP

Sur la commune de Fix Saint Geneys, Jérôme et Jean-François Berard sont associés dans le GAEC au Beau Fix en production laitière et ont participé avec plusieurs autres agriculteurs à la démarche d’aménagement foncier animée par la Chambre d’Agriculture.

Libérer du temps pour développer l’atelier lait
Le principal objectif des deux frères est de libérer du temps de travail pour se consacrer au développement de la production laitière. « Regrouper notre parcellaire par l’échange de 10 ha nous a permis de gagner du temps et de le consacrer au développement de la production laitière, on a pu augmenter notre quota de 50 000 L par rachat pour atteindre 527 000 L actuellement » indique Jérôme. Son frère Jean-François renchérit en stipulant qu’ils peuvent maintenant produire plus sans pour autant passer plus de temps sur l’exploitation.
« La réunion de la Chambre d’Agriculture a été décisive,  on nous a présenté une carte de l’ortho photo de la commune avec les parcellaires d’exploitations des agriculteurs qui avaient donné leur autorisation. Avec le jeu de couleurs, on a pu voir toutes les parcelles de chacun et ainsi engager une réflexion directement sur des échanges. La procédure nous a permis d’annuler le contrat PHAE sur certaines parcelles sans aucune pénalité. Sans ces arrêts de contrats, certains échanges n’auraient pas pu avoir lieu et auraient limité par conséquent la restructuration parcellaire » précise Jérôme Berard.
Un gain de travail d’une ½ journée par semaine pour chaque associé avec 20 îlots en moins
Les échanges de parcelles ont eu lieu à l’amiable et ont été officialisés à la déclaration PAC 2011. Le GAEC au Beau Fix a cédé 10.63 ha et repris 10.35 ha avec 3 agriculteurs de la commune. « La perte de 28 ares de surface est insignifiante par rapport à tous les avantages apportés par ces échanges de terrain. On est passé de 81 à 61 îlots suite aux échanges et on a pu surtout constituer un îlot de 25.14 ha alors qu’il faisait auparavant 5.70 ha. On estime le gain de travail à ½ journée par semaine et par associé sans compter la réduction des coûts de mécanisation » souligne Jérôme. Et les exemples du GAEC ne manquent pas, avec un second îlot qui passe de 0.30 ha à plus de 5 ha avec la présence d’un point d’eau et surtout le regroupement des parcelles pâturées du côté du siège exploitation lui évitant ainsi de traverser la RN 102 pour faire pâturer les animaux, route empruntée par plus de 12 000 véhicules par jour. « De plus, ces agrandissement d’îlots vont nous permettre de mieux les exploiter, une parcelle plus grande est toujours mieux exploitée que les petites, d’autant plus que le matériel est de plus en plus important. Il vaut mieux passer du temps dans les parcelles que sur la route » complète Jean-François. La surface de l’îlot moyen du GAEC est passée de 1.51 ha à 2.16 ha suite au regroupement des parcelles.

Des échanges en cours
Après une première phase de dégrossissement, de nouvelles réunions auront lieu à l’automne pour finaliser la démarche ou pour engager de nouvelles propositions en vue de la PAC 2012.
« La réussite de l’action passe par la volonté locale, les mentalités évoluent, les propriétaires valorisent mieux leur terrain dans la mesure où il est mieux exploité » explique Jean-François qui espère pouvoir encore améliorer son parcellaire à l’avenir. Son frère Jérôme conclut que « l’animation de la démarche en englobant les exploitants volontaires a permis de relancer les discussions entre voisins. Cette démarche est à conseiller ».
A l’heure actuelle sur la commune de Fix, une trentaine d’hectares ont été échangés entre 4 exploitants, la procédure reste ouverte à tout le monde et d’autres agriculteurs peuvent rejoindre la démarche en cours.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui