La Haute-Loire Paysanne 27 mars 2009 à 16h22 | Par Véronique GRUBER

Explosion de la FCO et vaccination massive

Le 20 mars à St Germain, des 3 organismes réunis pour une assemblée générale commune, c'est le Groupement de Défense Sanitaire départemental qui clôturait les présentations statutaires.La FCO fut véritablement au coeur de l’actualité sanitaire de la France et du département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Julien Bachellerie directeur et Thierry Ravel président.
Julien Bachellerie directeur et Thierry Ravel président. - © HLP

L’exercice 2008 du Groupement de Défense Sanitaire (GDS) a été marqué par l’explosion de la Fièvre Catarrhale Ovine (FCO) en France. La Haute-Loire n’a malheureusement pas été épargnée. L’infection s’est largement répandue dans nos cheptels avec 614 foyers (du sérotype 8) détectés. «Malgré une infection quasi-généralisée, les cas cliniques sont restés peu nombreux et peu intenses sauf dans quelques cheptels très touchés par de la mortalité, des avortements ou des baisses de production. En terme de pertes directes, nous pouvons attribuer ce bilan sanitaire satisfaisant à la large vaccination entreprise cet été dans le département (90% du cheptel souche a été vacciné)… Le bilan sanitaire et économique est néanmoins partiel puisque les effets indirects n’ont pas été évalués (baisse de performance de reproduction notamment)» a souligné Thierry Ravel, président du GDS.
Outre la FCO qui a largement  mobilisé les services du GDS, ce dernier a par ailleurs mis en place un réseau de collecte des déchets de soins en élevage (aiguilles, médicaments périmés).
Le GDS a également proposé 24 formations suivies par 216 éleveurs sur le thème de l’utilisation du médicament dans les élevages.
C’est aussi en 2008 que le GDS a lancé le «GDS Info», un outil de communication destiné à tous ses adhérents.
Thierry Ravel a dévoilé l’un desaxes de travail du groupement pour l’avenir ; pour répondre aux attentes des éleveurs, «l’équipe du GDS s’efforce d’intensifier les actions techniques qui visent à prévenir les risques sanitaires quotidiens».

Le point sur la FCO avec Michel Combes

Après l’AG statutaire du GDS, Michel Combes, secrétaire général du GDS France et président du GDS Auvergne, est intervenu sur la FCO et ses perspectives de développement.
Nous avons assisté à une progression énorme du sérotype 8 en France. A présent, les regards se tournent vers les Pays-bas, Pays qui a vu apparaître le sérotype 6 sur son territoire et la Belgique avec le Sérotype 11.
Concernant la vaccination, ce responsable professionnel a rappelé  que la décision avait été prise à l’unanimité par la profession, l’administration et les vétérinaires de la rendre obligatoire pour la campagne 2008-2009 ; une mesure qui selon les scientifiques pourrait induire la diminution de la pression virale.  Avec 25 sérotypes recensés dans le monde, Michel Combes reste convaincu que l’on ne pourra jamais vacciner contre la totalité de ces sérotypes.   «On ne parle pas d’éradication de la maladie, désormais il faudra certainement vivre avec».
Le GDS France vient de prendre la décision de mettre en place une mission de prospective en Europe ; «son rôle sera d’analyser de quelle manière nos pays voisins ont réagi face à la maladie (car rappelons que l’Espagne annonce avoir éradiqué le sérotype 4 sur son territoire)». Michel Combes a ajouté que le GDS France demande que pour la prochaine campagne, la vaccination redevienne volontaire et réalisée par les éleveurs eux-mêmes.
Quant à l’immunité naturelle, M.Combes ne nie pas l’existence de son éventuelle efficacité, toutefois il attire l’attention sur l’absence de recul des scientifiques en la matière : «quelle est la durée de l’immunité, l’animal sera-t-il protégé à vie ? A ce jour, nous n’en savons rien» a-il indiqué.

En quelques chiffres

- FCO : 614 foyers
- 52 000 analyses IBR : 2446 bovins positifs et vaccinés
- 450 analyses SDRP : 1 foyer
- Service de pédicure bovin : 5074 animaux parés
- 0 foyer en tuberculose bovine, brucellose, leucose bovine, maladie d’Aujeszky des porcs, varron.
- 7 foyers de tremblante ovine atypique.
- 1602 cheptels et 113 500 bovins certifiés indemnes ou contrôlés en IBR.
3600 bovins non IPI( BVD)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,