La Haute-Loire Paysanne 10 juin 2015 à 08h00 | Par Chambre d'Agriculture de Lozère

Expérimentations : Rendez-vous au Malzieu le 23 juin, pour visiter la plate-forme céréales

L’Association Céréales Montagne avec Arvalis et les Chambres d’Agriculture a implanté sa parcelle d’essais au Malzieu en Lozère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour les pois, féveroles et lupins, il faut semer tôt, vers la mi-mars, sur un sol bien ressuyé et aplani, de préférence avec un pH supérieur à 5,8.
Pour les pois, féveroles et lupins, il faut semer tôt, vers la mi-mars, sur un sol bien ressuyé et aplani, de préférence avec un pH supérieur à 5,8. - © E.GSELL

Avec 36 variétés de céréales implantées (huit blés, treize triticales, huit orges, quatre seigles et deux épeautres), la plate-forme variétale réalisée et suivie par l’association céréales montagne (ACM) en partenariat avec Arvalis, Institut du végétal et les chambres d’agriculture offre un large panel d’informations technico-agronomiques. Cette année, elle est située en Lozère, à deux pas de Saugues, au Malzieu.Le 23 juin prochain est organisée une visite sur place ; un rendez-vous à ne pas manquer.
La parcelle est située à environ 1 000 mètres d’altitude sur un sol granitique. Elle était implantée en prairie avant d’être retournée par labour à l’automne dernier. Pour préparer le semis, un travail superficiel du sol a été réalisé avec une herse rotative. Le semis a été fait au mois d’octobre 2014 avec du matériel spécialisé pour les essais.
En parallèle de cet essai variétal, la chambre d’agriculture de Lozère a choisi de mettre en place des essais supplémentaires : un essai de protéagineux en pur ; un essai de méteils d’automne ; un essai itinéraire technique sur triticale et un essai en agriculture biologique.

L’essai protéagineux
Dans la continuité des essais menés en parallèle de la plateforme variétale, il a été mis en place un essai de protéagineux de printemps afin de comparer leur potentiel et leur résistance au froid dans des conditions d’altitude. L’essai protéagineux comprend un soja de printemps semé le 11 mai, un pois protéagineux, une féverole et un lupin semés le 19 mars de cette année. De manière générale, pour les protéagineux de printemps, il est préférable de choisir des variétés précoces. Pour les pois, féveroles et lupins, il faut semer tôt (mi-mars) sur un sol bien ressuyé et aplani, de préférence avec un pH supérieur à 5,8. Le désherbage en prélevée est indispensable pour la réussite de la culture. Le semis se fait à environ 3 à 5 centimètres de profondeur (en fonction de la graine) avec un semoir à céréales (ou un semoir monograine). Sur les protéagineux, il n’est pas nécessaire de faire des apports d’azote grâce à leur système racinaire qui développe la fixation symbiotique de l’azote atmosphérique par des nodosités. En phosphore et potasse, les besoins sont moyens, sur les parcelles recevant régulièrement des effluents d’élevage, il n’est pas nécessaire d’ajouter des engrais phosphatés et potassiques en plus, pour les parcelles ne recevant jamais ou rarement des effluents, un apport de 50 U de P et 80 U de K par hectare peut être envisagé.

Quelques spécificités par protéagineux
Pour le pois, il est préférable de choisir un pois dont la floraison est précoce afin de limiter le risque de sécheresse néfaste pour la formation des gousses et le remplissage des grains. Préférez des variétés hautes en tiges mais résistantes à la verse pour faciliter la récolte qui aura lieu fin juillet, début août. Pour le lupin, choisir une variété à faible teneur en alcaloïdes et de préférence de type nain pour éviter la reprise de végétation. La récolte est assez tardive vers fin août, début septembre. Le binage est possible au stade trois à quatre feuilles. Pour la féverole, tout comme le pois, préférez des variétés précoces pour limiter l’impact de la sécheresse estivale sur les rendements. Choisir des variétés résistantes à la verse. Si la féverole est destinée à l’alimentation directement, privilégiez des variétés à teneur réduite en vicine-convicine (pouvant être responsable d’anémie). La féverole se récolte fin août à maturité complète.`


Chambre d’agriculture de Lozère

A SAVOIR :

Cette journée sera l’occasion de présenter les résultats de l’an dernier (la plateforme était en Haute-Loire) et de voir les variétés implantées en pleine épiaison, voire floraison. Les essais complémentaires seront présentés également. À voir également un atelier sur le campagnol terrestre en partenariat avec la Fredon ainsi qu’un atelier de démonstration et de présentation du matériel utilisable sur céréales avec la FDCuma. Renseignements et inscriptions auprès de la chambre d’agriculture au 04 66 65 62 00.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,