L'Action Agricole Picarde 26 juin 2020 à 06h00 | Par Daniel Platel

Engraisser ses broutards : quel intérêt économique ?

Engraisser ses broutards est un moyen d’apporter de la valeur ajoutée à son élevage. Simon Doligez présente ses premiers résultats d’engraissement de taurillons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En moyenne, les taurillons disposent d’au moins 4 m2 de couchage. La ration est mélangée et il n’y a pas de compétition à l’auge.
En moyenne, les taurillons disposent d’au moins 4 m2 de couchage. La ration est mélangée et il n’y a pas de compétition à l’auge. - © D. P.



C’est lors de la porte ouverte du 9 janvier organisée par la chambre d’agriculture chez Simon Doligez à Gapennes que l’assistance a pu voir le troupeau constitué de soixante vêlages en race charolaise et les nouvelles installations. À cette occasion, de la place en bâtiment a été gagnée sur trois travées de l’ancien hangar pour l’engraissement. Chacun a été le témoin du démarrage de l’engraissement des broutards, mais maintenant que les animaux sont   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Action Agricole Picarde

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui