La Haute-Loire Paysanne 10 octobre 2008 à 16h32 | Par Pamac (Presse Agricole du Massif Central)

DOSSIER Sommet de l'Élevage - 76 500 visiteurs pour un Sommet de plus en plus professionnel

Des allées qui n'ont pas désempli pendant 3 jours, des concours animaux de très haut niveau, des visiteurs européens et internationaux de plus en plus nombreux… l'édition 2008 du Sommet de l'Élevage a fermé ses portes sur un succès. Et l'évènement a confirmé son caractère professionnel. La Haute-Loire Paysanne de la semaine revient en mots et en images sur les grands rendez-vous de ce Sommet : . Michel Barnier a réaffirmé son soutien aux éleveurs et annoncé une enveloppe supplémentaire de 30 millions d'euros pour les élevages touchés par la FDO, . l'avenir de l'agriculture européenne discuté dans le cadre d'un colloque sur la PAC, . les résultats des concours Aubracs (belle moisson altiligérienne) et Prim'Holstein, . le savoir-faire des producteurs fermiers de Haute-Loire récompensé par les "Fermiers d'Or", . remise des prix du jeu-concours "la Terre vue du Collège"… Lire le dossier dans "la Haute-Loire Paysanne" semaine 41.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ministre de l’Agriculture a parcouru les allées du Sommet de l’élevage, aux côtés du président, Roger Blanc et de Jacques Chazalet, président de la FRSEA Massif central.
Le ministre de l’Agriculture a parcouru les allées du Sommet de l’élevage, aux côtés du président, Roger Blanc et de Jacques Chazalet, président de la FRSEA Massif central. - © Pamac

Michel Barnier réaffirme son soutien aux éleveurs

‹  Au Sommet, le ministre de l’Agriculture, a annoncé un plan de soutien supplémentaire de 30 millions d’€ pour les élevages touchés par la FCO.

Avant de s’engager dans une visite au pas de course du Sommet de l’élevage, qui s’est tenu, jeudi, vendredi et samedi dernier, à Cournon (Puy-de-Dôme), le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, s’est exprimé, devant un amphithéâtre bondé. Son discours était très attendu par les éleveurs et par le président du Sommet de l’élevage, Roger Blanc, qui n’a pas manqué de lui rappeler, revenant sur la mobilisation du 16 septembre à Clermont-Ferrand, que «s’il est normal que la prise en otage de deux de nos concitoyens au large de la Somalie provoque la mobilisation de l’appareil d’Etat et de la presse, il nous semble aussi légitime que le cri de détresse des 20 000 paysans soit écouté ». Le ministre a affirmé avoir « pris la mesure du désarroi des éleveurs » et expliqué ce qu’il pouvait faire « maintenant pour faire face à la FCO, répondre aux difficultés de revenu des éleveurs et pour préparer l’avenir ». Sur la FCO, le ministre a annoncé que 1,3 million de doses contre le sérotype 1 étaient désormais disponibles et qu’un autre appel d’offres portant sur 50 millions de doses avait été lancé (pour une mise à disposition au 15 octobre). Par ailleurs, les élevages touchés par la FCO bénéficieront d’un plan de soutien supplémentaire de 30 millions d’euros. Pour le ministre de l’Agriculture, « la stratégie est claire, c’est la vaccination obligatoire en 2009 de tout le cheptel des petits ruminants et des bovins pour les deux sérotypes durant la période hivernale ».

Qui vaccinera ?

Quand il parle de « concertation sur la possibilité de réalisation et du périmètre de l’acte de vétérinaire », Michel Barnier semble ouvrir une brèche dans le processus de vaccination, qui pourrait être effectuée par… les éleveurs. Cette hypothèse reste pour le moment à confirmer. À l’heure actuelle, dix-sept pays de l’Union européenne appuient le principe d’une politique vaccinale commune (généralisation de l’obligation de vacciner), la nécessité du maintien d’un soutien financier communautaire et la révision de la réglementation sur les conditions de mouvements d’animaux. Objectif : pourvoir vacciner dans les zones indemnes, sans pour autant bloquer les flux commerciaux.

Conférence sur le revenu

Sur le front du revenu, qui fera l’objet d’une conférence dans les semaines à venir, Michel Barnier, a indiqué travailler sur trois pistes : l’allégement des charges financières et sociales, l’allégement de la facture énergétique et des mesures structurelles dès 2009 en faveur du secteur ovin.
La mobilisation des DPU dormants en faveur de l’élevage ovin, sera, selon Michel Barnier « la première étape de la réorientation de la PAC ». Le ministre s’est fixé quatre objectifs à court terme dans le cadre du bilan de santé : le soutien aux systèmes de production valorisant l’herbe dans le cadre du premier pilier, la consolidation de la production ovine par la mise en place d’un soutien spécifique (au-delà du soutien à l’herbe), la mise en place d’un fonds d’indemnisation sanitaire, et l’ancrage des bassins de production dans les territoires (démarches qualité, maintien du potentiel de production). En novembre, les 27 états membres de l’UE devront conclure un accord sur le bilan de santé. L’heure des discussions françaises sur les modalités d’application fera certainement l’objet de débats difficiles, que le ministre s’est dit prêt à assumer.

Sophie Giraud
Des lauréats heureux et fiers.
Des lauréats heureux et fiers. - © Pamac

Belle moisson pour les producteurs fermiers et acteurs du tourisme rural de Haute-Loire

Dans la nouvelle édition du concours des fermiers d’or, organisé par la Chambre régionale d’agriculture, la Haute-Loire s’était inscrite avec de nombreux producteurs fermiers et prestataires de l’agrotourisme dans les nouvelles activités et site internet ; pour beaucoup labellisés “Bienvenue à la Ferme”.
La remise des prix avait lieu à Cournon dans le cadre du Sommet de l’élevage en présence de Marie-Agnès Petit, animatrice du réseau “Bienvenue à la ferme” en Haute-Loire.
Le GAEC des Blancs Chardons (famille Mounier) à Dunières fait un doubler en remportant les premiers prix des catégories crottin de chèvre frais et crottin de chèvre affiné.
Adèle et Nicolas Lombard de Riotord remportent le premier prix de spécialité de fromage de chèvres
L’Auberge Paysanne d’Ally se voit attribuer le premier prix en saucisse sèche et le troisième prix en saucisson sec ; dans ces catégories respectives, le Gaec du Monteil à Mazeyrat d’Allier remporte les 3e et 2e prix.
Gérard Fargier des Estables décroche le 2e prix en miel toutes fleurs et le 3e prix en pain d’épices.
Le prix du jury des enfants a été attribué au GAEC Gaillard de Solignac/Loire pour son saucisson sec, et au GAEC les Ruchers des Volcans (Gory) pour son pain d’épices.
Dans les nouveautés de ce concours 2008, tout prestataire pouvait concourir dans les activités originales de tourisme à la ferme. La Haute-Loire décroche le 1er et le 3e prix. La ferme écologique de découverte à Boisset (Claire Granger) remporte donc le titre de Fermier d’Or. La famille Pascal de Cerzat obtient le 3e prix avec ses goûters à la ferme et visite de la ferme, l’accueil de camping-carristes, et l’accueil d’enfants à la ferme pendant les vacances scolaires.
Félicitations à ces lauréats qui font preuve de savoir-faire reconnus.

Daniel et son fils et nouvel associé Anthony Cussac devant leur champion Babord, jeune taureau au format très équilibré et complet.
Daniel et son fils et nouvel associé Anthony Cussac devant leur champion Babord, jeune taureau au format très équilibré et complet. - © HLP

L'Aubrac a fait son show

Ils n’y avait pas que les yeux des séduisantes Aubrac qui brillaient, la semaine dernière, sur le ring, l’émotion étaient également perceptible dans le regard des éleveurs. Heureux d’être là, tout simplement…

Un an, qu’éleveurs et promoteurs de la race Aubrac, attendaient ce jour. Jeudi dernier, le concours national Aubrac, organisé dans le cadre du Sommet de l’élevage, est devenu une réalité. Dès 8h30, bourrets et bourettes ont ouvert le bal. Jusqu’à 16h, toutes les sections ont été jugées individuellement. 110 éleveurs participent à l’épreuve nationale, qui compte pas moins de quatre cent animaux. “On a beaucoup travaillé depuis un an à la réussite du concours”, explique Henri Peyrac, président de l’organisme de sélection Aubrac. Des sessions de formation au dressage pour les éleveurs ont été organisées ainsi que des formation à l’expression destinée aux jurys. Sur le ring du hall 3, durant trois jours, de beaux spécimens ont défilé, de quoi satisfaire l’œil aiguiser du public présent en masse dans les tribunes. Au niveau racial, les éleveurs attendent beaucoup du national. “Nous espérons donner un nouveau souffle à une race qui a déjà fortement progressé. L’Aubrac arrive aujourd’hui à maturité et s’affirme comme une grande race allaitante française, désormais il s’agit de poursuivre sur la phase ascendante”, estime Henri Peyrac. Pelage froment, cornes en forme de lyres, regard qui semble maquillé de khôl, difficile de ne pas succomber au charme de l’Aubrac. Quand on ajoute à ce signe extérieur de beauté, des qualités maternelles et d’élevage indéniables, une excellente fécondité et des facilités de vêlages, on comprend pourquoi de plus en plus d’éleveurs sont attirés par l’Aubrac.
La race est aujourd’hui forte de près de 136 000 mères en France, dont 36 000 suivies chez les 600 éleveurs dans le cadre du schéma de sélection. 8 000 génisses sont annuellement disponibles à la vente.

Prix très honorables pour les 2 éleveurs de la Haute-Loire

Le Spécial Aubrac, concours bisannuel national de la race Aubrac s’est tenu pour la première fois au Zénith de Cournon lors du Sommet de l’Elevage cette année. C’est aussi la première fois qu’il se déroulait sur ring et non à l’attache, ce qui a demandé un travail important de dressage préalable, avec un résultat spectaculaire.

Deux élevages de Haute-Loire ont pris part à ce concours de très haut niveau, d’autant que faute de place, il ne rassemblait que les 400 meilleures bêtes au lieu des 600 habituelles : le Gaec de la Barthe (famille Cussac), de la Besseyre St Mary, présentait 3 animaux, et Marc Morel de St Hostien, en présentait 4.
Chacun a obtenu des prix très honorables. On note en particulier un 2e prix de section de doublons avec Babord (sur 14 mâles de 2 ans dans la section) et un 6e prix du meilleur index ISU des vaches de plus de 5 ans avec Perle (9e prix de section) pour le Gaec de la Barthe, et un 6e prix de section de bourrettes avec Clochette (sur 12 génisses dans la section). Félicitation pour le travail accompli et les fruits récoltés !


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,