La Haute-Loire Paysanne 05 mars 2014 à 08h00 | Par Suzanne MARION

Dossier ruralité - NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES EN MILIEU RURAL : LE CASSE-TÊTE

D’ici septembre 2014, la réforme des rythmes scolaires devra être appliquée dans les écoles primaires publiques. Les communes s’organisent en concertation avec les communautés scolaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cette réforme doit s’appliquer pour tous les établissements scolaires publics en France à la rentrée 2014/2015.
Cette réforme doit s’appliquer pour tous les établissements scolaires publics en France à la rentrée 2014/2015. - © Fotolia

«La reforme de l’organisation du temps scolaire a l’ecole primaire doit permettre aux enfants de mieux apprendre en repartissant les heures de classe sur un plus grand nombre de jours dans l’annee et en privilegiant les moments de la journee ou ils sont les plus attentifs. Elle conduit a rassembler les elus et toute la communaute educative autour de cet objectif» tels sont les mots d’introduction du guide pratique sur les nouveaux rythmes scolaires a l’ecole primaire, mots signes des Ministres Vincent Peillon a l’Education nationale, et Georges Pau-Langevin delegue charge de la reussite educative.

Cette reforme doit s’appliquer pour tous les etablissements scolaires publics en France a la rentree 2014/2015. Deja 1,3 millions d’ecoliers suivent ce rythme depuis la derniere rentree, et en Haute-Loire, une dizaine d’etablissements a fait ce choix. Mais dans un grand nombre de communes l’echeance est en septembre 2014. Certaines communes ont deja bien travaille sur ce dossier etant quasi pretes pour la rentree prochaine, d’autres l’ont a peine entrouvert attendant la nouvelle equipe municipale, et d’autres encore l’ont presque referme tant il leur apparait que cette reforme est innaplicable. Nous avons rencontre plusieurs maires de communes rurales mais avec des profils tres differents, pour nous permettre d’aborder cette reforme avec la realite du terrain et un certain nombre de problematiques.

En effet, la mise en place de ces nouveaux rythmes scolaires implique, pour les communes, des frais supplementaires pour assurer le ramassage scolaire et l’accueil des enfants le mercredi matin, mais egalement pour l’accueil des enfants les fins de journees apres 15h30 comme le prevoient les textes et la prise en charge des activites periscolaires par des prestataires dans le cadre d’un projet educatif. Et meme si des aides sont prevues pour aider les collectivites, il reste une part importante a la charge des communes. Mais outre l’aspect financier, c’est souvent l’organisation meme de ces temps d’accueil qui pose problemes. Il faut des locaux a mettre a disposition des enfants pour les activites periscolaires, les salles de classe n’etant pas toujours adaptees et suffisantes. Il faut trouver des intervenants exterieurs, benevoles ou non, pour apporter aux enfants «l’egal acces aux pratiques culturelles, artistiques, sportives et aux loisirs educatifs» comme le souligne le guide. Et c’est bien cette notion d’egalite qui aujourd’hui pose probleme, au regard des differences, en terme de moyens financiers et logistiques, entre communes.

 

SUZANNE MARION

 


Retrouvez les initiatives et les témoignages de plusieurs maires dans les pages de votre journal la Haute-Loire Paysanne du vendredi 7 mars 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui