La Haute-Loire Paysanne 07 décembre 2016 à 08h00 | Par Karen Maruel

DOSSIER DE LA SEMAINE > Valorisation du bois : Valoriser ses haies, c’est possible !

Mission haies apporte informations et conseils sur la plantation, l’entretien et la valorisation des haies auprès du monde agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Valoriser le bois bocager de votre exploitation, telle est la devise de mission haies Auvergne.
Valoriser le bois bocager de votre exploitation, telle est la devise de mission haies Auvergne. - © Karen Maruel

Mission haies Auvergne intervient à l’échelle régionale auprès du monde agricole. Elle apporte des conseils techniques autour de l’arbre aux agriculteurs, en partenariat avec l’Aduhme, le Conseil Général, le Parc Livradois Forez, la Cuma des deux rochers dans la Haute-Loire, et la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme.


Un phénomène en pleine expansion

La valorisation de la haie se développe dans le monde agricole. Mission haies a constaté une hausse des demandes de la part des agriculteurs, encore plus marquée dans le Cantal où les exploitants doivent acheter tout leur stock de paille car ils n’en produisent pas. Une tendance que mission haies encourage et met en avant grâce aux témoignages enthousiastes de ceux ayant déjà franchi le cap. Aucune aide financière n’est accordée pour la valorisation du bocage, mais Natura 2000 apporte un financement important au projet. «Le monde environnemental comprend qu’il faut entretenir pour valoriser», explique Stéphane Hekimian, intervenant pour Mission haies.

Une gestion durablede la haie

L’entretien est réalisé par des Cuma ou des sociétés spécialisées dans la valorisation du bois. «On est dans une gestion durable, le but du jeu est de gérer la haie comme une forêt, afin de la valoriser». Depuis des années, les haies ont été délaissées et elles sont très fournies aujourd’hui. Or, une haie doit être entretenue pour perdurer. Il faut donc «aérer, donner de la respiration à la haie» afin qu’elle devienne une ressource pour les agriculteurs et non plus une contrainte. Les outils plus modernes tels que les pinces hydrauliques pour les haies non entretenues, ou des tronçonneuses pour un travail plus propre, permettent de gagner du temps et de l’argent. Attention toutefois aux bêtes qui pourraient détruire la haie, il est préférable de mettre une clôture afin de la préserver.


Bonus pour l’exploitation et les animaux

La haie est un brise vent qui protège les bâtiments et les animaux du mauvais temps, et l’éleveur de l’avenir en optimisant la valeur de son bois. Pour réaliser une plus-value, l’idéal est de transformer le bois en plaquettes et de les utiliser personnellement. Et les usages sont multiples : en litière dans les parcs à volaille, pour le chauffage dans les laiteries ou les maisons. Utiliser les plaquettes en sous-couche dans les parcs permet de réaliser des économies sur la paille. Drainée par le bois, elle aura une meilleure durabilité. Bonus également pour les animaux : le bois est plus confortable car il est plein, les bêtes s’enfoncent moins. La haie est aussi un facteur de rendement en zone d’herbe. Contrairement aux idées reçues, bien que l’herbe pousse moins au pied de la haie, le micro climat créé sur le reste de la parcelle fait une différence à la pesée.

Karen Maruel

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui