La Haute-Loire Paysanne 23 mai 2018 à 14h00 | Par Véronique GRUBER

Dégradations de semis de maïs

Les sangliers s’attaquent aux semis de maïs, un peu partout en Haute-Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À St Cirgues, les sangliers ont laissé des traces dans les parcelles de maïs de Dominique Rousset.
À St Cirgues, les sangliers ont laissé des traces dans les parcelles de maïs de Dominique Rousset. - © Dominique Rousset

Les sangliers font encore et toujours parler d’eux ! En pleine période de semis de maïs, ils s’emploient un peu partout dans le département à déterrer et à consommer les graines installées dans le sol.
La semaine dernière, Dominique Rousset, éleveur de vaches laitières sur 68 ha, sur la commune de Saint-Cirgues, a constaté d’importants dégâts sur ses semis de maïs installés depuis quelques jours seulement*. Une très mauvaise surprise dont il a du mal à se remettre. «Lorsque je regarde mes parcelles de maïs, je suis déprimé et écœuré. Les sangliers ont mangé une partie des graines directement dans les rangs et ont fait des trous jusqu’à 30 cm de profondeur. On sème des graines pour nourrir notre cheptel laitier et pas pour nourrir les animaux sauvages ! À ce jour, je ne sais pas encore si je vais resemer...» lance-t-il avec une pointe de colère.
«J’ai contacté le Préfet, qui ne m’a pas répondu à ce jour ; je voulais lui demander si dans le secteur, ils ont l’intention de faire une réserve de chasse ?» indique Dominique Rousset qui signale d’autres dégâts à St Cirgues et dans les communes voisines comme Blassac, Arlet, Villeneuve d’Allier, Ally, St Just près Brioude... Cet éleveur procède à l’heure actuelle à la déclaration de ses dégâts et devrait bientôt recevoir la visite de l’expert.
Dominique sait aussi qu’il pourra compter sur l’appui de la FDSEA de Haute-Loire.
Très mobilisé sur ce dossier, le syndicat agricole encourage les agriculteurs victimes de dégâts de sangliers à faire très rapidement des déclarations de manière à ce que les communes soient classées sensibles et ainsi obtenir la chasse immédiate par les ACCA ou par le biais de battues administrives.
«Cette situation n’a que trop duré. À la FDSEA, nous remettons en cause la pratique de l’agrainage qui a donné l’habitude aux sangliers de consommer du maïs !» souligne le président Yannick Fialip.

* Les photos des dégâts sur semis  à St Cirgues sont consultables sur la page facebook de la Haute-Loire Paysanne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui