La Haute-Loire Paysanne 18 juillet 2019 à 10h00 | Par Véronique Gruber

CETA : De réelles distorsions de concurrence

Si le gouvernement n'a eu de cesse de rassurer les Français juste avant la ratification du CETA par l'Assemblée nationale, les disparités entre les modes de production canadien et européens existent bien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'utilisation des antibiotiques comme accélérateurs de croissance est une pratique courante pour les éleveurs canadiens, alors qu'ils sont interdits depuis 2006 au sein de l'UE.
L'utilisation des antibiotiques comme accélérateurs de croissance est une pratique courante pour les éleveurs canadiens, alors qu'ils sont interdits depuis 2006 au sein de l'UE. - © © Réussir Bovins viande

En vigueur à titre provisoire depuis deux ans, le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada devait passer devant l'Assemblée nationale pour ratification le 17 juillet. L'occasion de faire le point sur les différences importantes entre les normes de production européennes et canadiennes. Les principales distrosions résident dans l'utilisation des farines animales, les antibiotiques comme accélérateurs de croissance et les pesticides.

Si l'UE a interdit l'utilisation de farines animales et de protéines animales transformées (à base de porc ou de volaille) pour l'alimentation des animaux (sauf pour les poissons), les éleveurs canadiens ont, eux, le droit d'utiliser les protéines animales transformées dont les consommateurs européens ne veulent pas.

L'utilisation des antibiotiques comme accélérateurs de croissance est une pratique courante pour les éleveurs canadiens, alors qu'ils sont interdits depuis 2006 au sein de l'UE.

En matière de pesticides, le rapport Schubert, sur l'évaluation de l'impact du Ceta d'un point de vue de l'environnement et de la santé, fait ainsi état de 46 substances interdites dans l'UE et autorisées au Canada.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui