La Haute-Loire Paysanne 10 juillet 2009 à 14h33 | Par Christelle MAÎTRE

De l'accord sur le prix du lait... à l'organisation des producteurs

la section laitière de la FDSEA et le Groupe Lait des JA se sont réunis le 1er juillet au Puy pour faire un point sur les dossiers d'actualité. Ils sont donc largement revenus sur l'accord national sur le prix du lait et les difficultés pour le faire appliquer. ils sont aussi abordé les axes de travail de la FNPL pour préparer l'après quotas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean Michel Durand secrétaire général de la FDSEA, Yannick Fialip Président de la section laitière FDSEA et Didier Bonnet administrateur au CRIEL Rhône-Alpes.
Jean Michel Durand secrétaire général de la FDSEA, Yannick Fialip Président de la section laitière FDSEA et Didier Bonnet administrateur au CRIEL Rhône-Alpes. - © HLP

Le bilan des manifestations, l’accord sur le prix du lait, le dossier URCVL-Via Lacta-CLP, le travail sur la contractualisation et sur l’organisation des producteurs… étaient à l’ordre du jour de la section laitière de la FDSEA et du groupe lait de JA qui s’est réunie mercredi 1er juillet dernier.
En ouverture de cette réunion de section, Yannick Fialip président a fait le point sur les différentes manifestations laitières de cet automne-printemps. Les cibles étaient différentes avec toujours une forte mobilisation.

L’accord prix du lait et la gestion des volumes

Le président a fait le point sur le compromis sur le prix du lait signé le 3 juin sous la tutelle des représentants du ministère de l’agriculture. La FNPL demandait un prix moyen de 305 €/1000 litres, mais l’interprofession nationale (FNPL, FNCL et FNIL) a dû conclure sur un compromis difficile avec un prix moyen annuel  de 280 €/1000 litres. Les producteurs sont mécontents car cet accord est bien en deçà d’un prix rémunérateur. Aujourd’hui, les exploitations sont dans des situations délicates (financières, techniques…).
A partir de là, les CRIELS régionaux (producteurs, coopératives et industriels) se sont réunis pour établir les évolutions sur les grilles régionales de prix de base.
Didier Bonnet, membre du Conseil d’Administration du CRIEL Rhône-Alpes, a expliqué  l’accord trouvé pour le mois de mai, et la négociation sur la fin de l’année.
Yannick Fialip est revenu sur le déroulement du CRIEL Auvergne-Limousin, durant lequel les entreprises laitières de la région n’ont pas voulu appliquer l’accord national. Par conséquent, les producteurs ont quitté la table de négociation, et en appellent aujourd’hui les pouvoirs publics pour obliger les entreprises à respecter l’accord. Concernant, les 30 millions d’euros débloqués par le ministre, les mesures d’accompagnement seront utilisées par le FAC (Fonds d’Allègement des Charges), le report et la prise en charges de cotisations sociales, et par le plan bâtiment.
La gestion des volumes pour la campagne 2009/2010, passe par la maîtrise des taux d’allocations provisoires dont le taux est de 0 % (ce taux sera donc de 0 % avec un réexamen à la mi-septembre en fonction de la situation des marchés), et de la non redistribution des 1 % de quotas supplémentaires attribués par l’Union Européenne.

Du dossier URCVL-Via Lacta CLP… aux groupes FNPL 2015

Les délégués cantonaux ont débattu du dossier URCVL-Via Lacta CLP. Les responsables agricoles du département avec ceux de Rhône-Alpes travaillent  activement sur le dossier pour trouver la meilleure solution afin que tous les producteurs soient collectés et payés, et ce tout en maintenant l’usine de transformation du Puy-en-Velay.
La FDSEA et les JA ont pris l’initiative de réunir l’ensemble des producteurs Via Lacta pour trouver une solution quant aux règlements des livraisons de lait d’avril ; un collectif de producteurs a été créé et a déjà permis d’obtenir des avances de trésoreries…
Sur le plan national, la FNPL travaille sur un cadre des futures relations contractuelles entre les entreprises et les producteurs.
Pour demain, la fin des quotas est actée. La FNPL a réuni des groupes nationaux pour travailler sur le relationnel entre producteurs et entreprises, et sur l’organisation des producteurs au niveau régional. La FNPL veut veiller à ce qu’il n’y ait pas concurence entre producteurs et tout en leur donnant les moyens d’une relation équilibrée avec les entreprises. Ces groupes vont également discuter sur le prix et les volumes.
Revenant sur le compromis national sur le prix du lait, Yannick Fialip a précisé deux points très importants :
. la reconnaissance de l’interprofession nationale pour éditer des indicateurs de prix.
. la mise en place d’une contractualisation producteurs/entreprises visant à une meilleure répartition de la valeur ajoutée entre les différents intervenants de la filière.
Sur ce second point pour les producteurs, l’enjeu primordial est de mettre en place une organisation visant à répondre à la gestion des volumes, la gestion du froid, le mandat de propriété et de facturation. Les producteurs devront à l’automne répondre à la question : quel est le meilleur niveau d’organisation collective (par bassin laitier, région ou entreprises…) souhaitent-ils ?.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui