La Haute-Loire Paysanne 15 juillet 2011 à 15h41 | Par Véronique GRUBER

Corbeaux - Bel exemple d'entente entre agriculteurs et chasseurs

À St Didier en Velay, agriculteurs et chasseurs s'unissent pour limiter la présence des corbeaux dans les parcelles agricoles. Alain Romeyer exploitant nous explique comment en s'organisant, ils ont pu faire bouger les choses.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Romeyer dans l’une de ses parcelles de maïs.
Alain Romeyer dans l’une de ses parcelles de maïs. - © HLP
A St Didier en Velay, St Victor Malescours et St Just Malmont, les parcelles de maïs des agriculteurs sont régulièrement pillées par les corbeaux ; des nuisibles dont on parle assez peu mais qui occasionnent pourtant des dégâts conséquents sur les cultures.
Cette année encore, beaucoup d’agriculteurs de la commune de St Didier ont été victimes des corbeaux comme l’explique Alain  Romeyer, exploitant sur le Gaec du Paturat et conseiller municipal à St Didier : «Dès que le maïs sort de terre, les corbeaux arrachent le jeune plant pour le manger. Sur notre Gaec, c’est une parcelle entière de 2 hectares qui a été ravagée par ce nuisible. Ce qui nous a obligé à la semer à nouveau, mais cette fois-ci en sorgho. n’oublions pas que les corbeaux occasionnent aussi des dégâts souvent difficiles à quantifier sur les céréales».
La forte présence des corbeaux dans ce secteur du département s’explique en grande partie par la proximité du CET (Centre d’Enfouissement Technique) des ordures ménagères installé à
St Just Malmont.
Malgré l’installation d’une cage pour piéger les corbeaux par le Sictom Velay-Pilat au sein du CET, la pression de ces oiseaux est toujours aussi forte.
Ce printemps dernier, face à la colère des agriculteurs, Alain Romeyer a décidé de réunir autour d’une table les agriculteurs, le président du syndicat FDSEA de St Didier, le président de la FDSEA avec le lieutenant de Louveterie du secteur.
«Au cours de cette réunion, le lieutenant de Louveterie nous a expliqué que certains corbeaux étaient protégés et que pour chasser les corbeaux classés nuisibles, une battue était obligatoire. Nous avons donc pris la décision d’organiser une battue qui s’est déroulée le 19 juin» explique Alain Romeyer.

Une action commune entre agriculteurs et chasseurs
Une trentaine de chasseurs des ACCA de St Didier en Velay et de St Just Malmont a participé à la battue organisée près du CET, dans un couloir emprunté par les corbeaux. Pour Alain Romeyer, le bilan de l’opération est positif avec une quinzaine de corbeaux éliminés mais la véritable satisfaction pour cet agriculteur tient à l’entente qui règne entre agriculteurs et chasseurs. «Nous avons réussi à conduire une action commune».
La réunion du 19 juin a également permis de réfléchir à une gestion pérenne de la problématique des corbeaux. «Nous avons décidé d’installer une deuxième cage à corbeaux sur les parcelles les plus endommagées. J’ai soumis cette idée à Olivier Cigolotti, président du Sictom qui a donné son accord». Cette 2e cage, qui a d’ores et déjà été commandée, sera gérée par 3 ACCA (St Didier en Velay,
St Just Malmont et St Victor Malescours) et sera déplacée en fonction des besoins.

Les élus s’impliquent
Cette problématique des dégâts de nuisibles causés à l’agriculture va bientôt devenir l’affaire des élus de la communauté de communes Loire-Semène.
Alain Romeyer qui occupe par ailleurs la responsabilité de conseiller communautaire au sein de la communauté de communes explique : «la commission  «développement économique» de la communauté de Cnes co-présidée par Guy Vocanson et Frédéric Girodet, a l’ambition d’aider les agriculteurs dans ce type de problématiques. Dans quelques semaines, nous  réunirons agriculteurs, chasseurs et élus au sein de cette commission en vue de réfléchir aux actions à mener pour lutter efficacement contre les
nuisibles».
Satisfait par l’engagement des chasseurs au côté des agriculteurs et la motivation des élus du secteur, Alain Romeyer reste persuadé de la nécessité de conserver ce lien entre agriculteurs et chasseurs, que ce soit pour le bien de notre environnement ou de notre tourisme vert.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui