La Haute-Loire Paysanne 06 mai 2015 à 08h00 | Par Véronique GRUBER

Coopérative : Activité viande et animaux contractualisés en progression pour 2014

La coopérative des éleveurs de bovins du Mézenc était en assemblée générale le 29 avril à Blavozy. Bilan de l’exercice 2014.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La CEBM a dressé le bilan de ses activités, le 29 avril dernier.
La CEBM a dressé le bilan de ses activités, le 29 avril dernier. - © HLP

Malgré une année 2014 perçue comme «décourageante» par les éleveurs de bovins allaitants au vu de la forte dégradation des cours, la coopérative des éleveurs de bovins du Mézenc, qui rappelons-le adhère au groupe coopératif régional Sicarev, a maintenu voire légèrement augmenté ses activités au cours de l’exercice.
Avec 7 983 animaux commercialisés en 2014, la coopérative a vendu 114 animaux de plus qu’en 2013. Cette progression est surtout significative dans les animaux viande (+3,54%), les reproducteurs (+33,19%) et dans une moindre mesure les veaux naissants (+0,78%).

Bovins viandes : augmentation des volumes
Le président de la CEBM, Yvon Chabannes, s’est félicité de cette augmentation des volumes en bovins viande tout en soulignant que «cette activité est confortée par de nouveaux contrats avec la grande distribution qui souhaite abattre des animaux régionaux».
L’activité a en revanche diminué  dans la catégorie animaux maigres (- 5,25%) avec une baisse de -3,94% pour les broutards et
-22,12% pour les laitonnes. Une évolution quasi volontaire de la part de la coopérative qui fait preuve d’une vigilance particulière à l’égard de l’aval, en l’occurrence de certains opérateurs mauvais payeurs. Une pression sur les prix déraisonnable a par ailleurs conduit la coopérative à vendre moins d’animaux maigres.
Enfin, l’activité maigre n’a pas été boostée par les marchés à l’exportation nettement moins dynamiques. «La demande en animaux maigres des pays du Maghreb, de la Turquie a diminué. Quant au marché russe, il a amené des déséquilibres en terme d’écoulement des morceaux de viande» a expliqué Jean-Yves Besse, directeur de la CEBM et directeur productions animales de Sicarev.
En matière d’abattage, la coopérative a dépassé ses objectifs que cela soit à Roanne (1 200 animaux abattus) comme à Saint-Etienne (1 000 gros bovins et 1 300 veaux de boucherie abattus) ; grâce à la CEBM, le groupe Sicarev a enregistré une augmentation de l’activité d’abattage de 5,2% en 2014.

Animaux contractualisés en progression
Le nombre d’animaux contractualisés est en progression au sein de la CEBM. Cette année, la coopérative,  en partenariat avec Sicarev, a fait évoluer le système de contractualisation afin qu’il soit plus incitatif pour les éleveurs : «Cette démarche structurante est uniquement ouverte aux adhérents apportant à la coopérative l’intégralité de leur production. Au total, 9 417 e ont été redistribués au niveau de la coopérative ; de nouveaux adhérents  ont souhaité s’engager dans la démarche, ce qui est une bonne chose» a indiqué le directeur Jean-Yves Besse.

Priorité à la technique
L’appui technique auprès de ses adhérents fait partie des priorités de la CEBM.  En 2014, les éleveurs ont pu compter sur un nouvel appui en matière de «bâtiment» et «sanitaire». «Le démarrage de ces services, déjà en place dans d’autres coopératives du GIE, constitue un réel plus pour les adhérents, car au delà d’une activité de conseil individuel que nous nous efforçons de vous apporter, nous vous faisons bénéficier de produits de hautes qualités aux meilleurs tarifs».
En 2014, la coopérative a fait le choix d’orienter ses appuis techniques sur l’étude des coûts de production en élevage et sur la rentabilité des systèmes d’exploitation. Enfin, un appui technique  plus spécifique est délivré aux éleveurs limousins par Rémi Fenouillet.
Les responsables de la coopérative ont souligné l’importance de se trouver en permanence à l’écoute des besoins du marché: «Il ne suffit plus de dire que nous avons les plus belles races à viande du monde, il faut savoir produire, à partir de ces dernières, une qualité de viande bovine qui corresponde à la demande du marché national certes, mais aussi européen et demain mondial. Il faudra donc savoir s’adapter et segmenter notre production et seule une structuration en filière peut permettre de répondre à ces exigences qui sont devenues une réalité».
A l’occasion de cette assemblée générale, les adhérents de la CEBM ont eu l’opportunité de visiter l’usine MVPE à Blavozy (voir ci-dessous) ; un outil du groupe Sicarev spécialisé dans la fabrication de steaks hachés  de  bœuf, frais et surgelés.


Véronique Gruber

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui