La Haute-Loire Paysanne 13 janvier 2010 à 15h47 | Par Myriam TRICOCI

Construire une maison en bois

Écologique, durable, souple d’utilisation, isolant… le bois a bien des qualités que le secteur de la construction commence à prendre au sérieux. Le salon "Vivons bois" qui s'est déroulé à Bordeaux en novembre 2009 a permis de mettre en avant toutes les qualités de ce matériaux et des nouveautés en matière de construction en bois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le salon Vivons bois démontre que tout un chacun peut construire sa propre maison en bois. (© T.Raffoux) La maison en bois peut être aussi à haute performance énergétique. La maison en bois peut être haut de gamme, notamment en ce qui concerne le choix des essences.

«Ma cabane au Canada, bien cachée au fond des bois… » On est, aujourd’hui, loin de la chanson de Line Renaud. Car, si le Québec offre de magnifiques exemples d’architecture bucheronne, la maison en bois est loin de se résumer à une construction sommaire.
L’agence qualité construction, dont l’une des missions est d’informer les particuliers sur la qualité des constructions, explique : « Une maison bois, c’est d’abord une maison comme les autres, qui donne les mêmes garanties. Elle est donc soumise aux mêmes exigences réglementaires et d’assurance. Elle est appréciée pour sa qualité de vie et le confort qu’elle procure (thermique, phonique…). C’est une construction traditionnelle durable par sa conception architecturale, le système de construction choisi et le choix des essences. »

Professionnel ou auto construction ?

Il existe sur le marché des kits d’auto construction. On peut ainsi, si l’on est suffisamment aguerri, construire soi-même sa maison en bois. Les kits de construction, partiels ou complets, sont des EPERS (éléments pouvant entraîner la responsabilité solidaire). Les conditions d’assurance sont spécifiques et doivent être fournies par le fabricant… Il faut donc être sûr de soi avant de commencer et ne pas oublier d’avoir rempli toutes les conditions à l’exécution d’un tel chantier (permis de construire…). Et il faut savoir qu’un particulier n’étant pas reconnu comme professionnel du bâtiment, le contrat d’assurance « dommages ouvrage » obligatoire peut être difficile à obtenir. Et empêcher la revente du bien pendant ses dix premières années d’existence.
Le point le plus sensible pour construire une maison en bois est son étanchéité. L’agence qualité construction souligne : « l’étanchéité à l’air est primordiale pour la performance thermique, et l’étanchéité à l’eau pour sa pérennité. »
Si l’on opte pour un professionnel, mieux vaut s’assurer de sa compétence et de ses références. Il ne faut pas hésiter à lui demander ses attestations d’assurances (elles doivent correspondre à son activité). On peut aussi demander à visiter certaines de ses réalisations. Le professionnel doit s’engager à respecter les règles de son métier et que les matériaux et produits utilisés bénéficient d’évaluations techniques.

Où et comment la construire

Le choix du terrain et l’implantation sur la parcelle du bâtiment déterminent les techniques et matériaux retenus pour assurer la pérennité de la construction. Le bois peut tout à fait convenir en zone sismique… Mais il faut alors respecter des ancrages et assemblages adaptés. Si le projet de construction bois est situé dans une zone à risque « termites », mieux vaut le savoir à l’avance et adapter la construction (www.fcba.fr). Une maison bois peut également convenir sur un sol à la portance limitée puisqu’elle est, en général, moins lourde. Cela ne dispense pas pour autant d’une sérieuse étude de faisabilité. Enfin, il ne faut surtout pas négliger l’orientation et l’exposition de la maison. En fonction de ces contraintes, il sera préférable de choisir des protections et des revêtements extérieurs adaptés.

Plus chère que du traditionnel ?

Durant les années 2000, les maisons de bois ont été des produits de luxe. Elles étaient construites sur mesure et on en payait le prix. Mais aujourd’hui, les fabricants proposent de plus en plus des maisons « en kit » et, surtout, avec des solutions d’isolation thermique performantes qui permettent d’économiser sur le long terme. L’absence de ponts thermiques permet d’économiser 30 % de la consommation d’énergie par rapport à une maison en béton. Le surcoût initial de l’ordre de 7 % aujourd’hui est donc largement amorti. De plus, sur des terrains « difficiles », le bois peut également s’avérer une solution moins onéreuse que des matériaux plus classiques.

Et la sécurité ?

L’Afcobois rappelle que « pour une maison individuelle, la réglementation impose une tenue au feu minimum d’un quart d’heure afin de permettre sans problème l’évacuation des habitants. Les constructions en bois répondent parfaitement à cette réglementation. De plus, et contrairement à une idée reçue, le comportement au feu du bois est excellent. En effet lorsque le bois est attaqué par les flammes il se consume lentement et conserve ses qualités mécaniques pendant de longues minutes. » Alors, on jette au feu les idées reçues ?

Haute performance à prix plancher

Le salon « Vivons bois » s’est déroulé à Bordeaux en novembre 2009. Son événement phare a été la présentation d’une maison en bois à haute performance énergétique, modulable et économique (1 300 euros le mètre carré).

En fait, Afcobois a planché sur une maison en préfabriqué en bois. La réalisation de cette maison s’inscrit dans le cadre d’une démarche industrielle, reposant notamment sur la duplication possible du produit et la préfabrication des murs par longueur de façades. Elle est labélisée BBC, ce qui assure une consommation d’énergie inférieure à 50 kWh/m2 par an pour le prix d’une construction de type pavillonaire. Elle propose des modules (espaces à vivre et nuit) avec différentes options pour personnaliser sa maison. Sa cible principale : les primo-accédants soucieux de l’environnement. Loïc de Saint-Quentin, secrétaire général d’Afcobois explique : « Nous allons présenter cette maison dans quatre salons spécialisés en France. Ici, nous avons respecté l’architecture du Sud-Ouest : maison de plain-pied et débords de toiture pour protéger du soleil en été. Mais nous proposerons un type architectural adapté à chaque grande région française (pente du toit, avec un étage, revêtements extérieurs, couleur…) ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui