La Haute-Loire Paysanne 25 mai 2016 à 08h00 | Par Samuel Rello-Chambre d’Agriculture

Céréales : Sur orge, il ne faut pas faire d’impasse sur la protection fongicide

Le technicien cultures de la Chambre d’Agriculture liste quelques conseils sur orge et autres céréales en matière de lutte contre les maladies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Chambre d'agriculture

Pour les orges les plus avancés, le stade est à sortie des barbes. C’est donc le moment de protéger la dernière feuille afin de maintenir le potentiel de rendement. Une impasse en orge est très rarement possible et les précipitations de la semaine dernière sont favorables aux différentes maladies. Tout comme pour les autres céréales (blé et triticale), il est nécessaire d’établir une enveloppe fongicide en fonction du prix de vente, mais aussi de la nuisibilité des maladies afin d’obtenir un optimum économique. Les prix n’étant pas très conséquents, l’enveloppe ne devra pas dépasser 50 €/ha maximum comme le montre le tableau ci-dessous.

Nuisibilité attendue
Nuisibilité attendue - © Chambre d'Agriculture

Maladies à cibler

Pour les zones de montagne, il existe seulement 3 maladies  que l’on retrouve fréquemment sur orge, et cette année particulièrement.L’Helminthosporiose est une  maladie qui se caractérise par une coloration brun foncé des deux faces (halo jaune non systématique). Les symptômes linéaires sont les plus fréquents.Pour la rhynchosporiose, le limbe se décolore par taches qui prennent une coloration «vert de gris» pour blanchir progressivement au centre. Souvent la périphérie est brun foncé.Et enfin les grillures sont des phénomènes d’oxydation induits par les UV, l’ozone ou même un excès de rayonnement.Ces maladies sont contrôlables avec une bonne protection fongicide. Cependant tous les fongicides ne se valent pas, c’est pourquoi il est important de bien les choisir et les connaître.   Les produits à base de Prothioconazole (Fandango S, Madison, ou Aviator Xpro) sont clairement les plus performants pour l’ensemble des maladies de l’orge.Il est important de regarder le coût des produits ; pour exemple, l’Aviator Xpro est très couteux bien que très efficace.En cas de maladie, on pourra traiter au stade sortie des barbes (Fandango 0,8l soit 38 €/ha ; Madison 0,5l soit 30 €/ha).  Soulignons que toutes les spécialités commerciales proposées sont autorisées. Reportez-vous aux instructions des firmes portées sur les emballages. Les conseillers Chambre d’Agriculture ne peuvent être tenus responsables d’erreur ou d’une mauvaise interprétation des conseils qui y sont précisés. Cette liste de produits est non exhaustive. Il est recommandé de porter des protections adaptées lors de leur manipulation et emploi.

Samuel Rello-Chambre d’Agriculture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui