La Haute-Loire Paysanne 04 septembre 2009 à 16h18 | Par Bernard DAUDET

Céréales : rendements 2009 moyens mais cours au plus bas

La récolte 2009 des céréales, sur le département, est plutôt satisfaisante. Avec 52 quintaux/hectare en blé, 49 en triticale et 48 en orge d’hiver, selon les évaluations fournies par les services statistiques Auvergne, ces rendements sont au final supérieurs aux estimations de ce printemps. Les résultats des expérimentations de Valprivas (43) et St Flour (15), réalisées par l'Association Céréales Montagne, permettent aux agriculteurs de bien choisir espèces et variétés de céréales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2009, les expérimentations étaient situées à St Flour dans le Cantal (photo) et Valprivas en Haute-Loire.
En 2009, les expérimentations étaient situées à St Flour dans le Cantal (photo) et Valprivas en Haute-Loire. - © HLP

Les moissons ont fini dans des délais normaux, avec le climat chaud de ces derniers jours. La récolte 2009 du département est plutôt satisfaisante. Avec 52 quintaux/hectare en blé, 49 en triticale et 48 en orge d’hiver, selon les évaluations fournies par les services statistiques Auvergne. En tous cas, les rendements sont au final supérieurs aux estimations de ce printemps. En effet, les rigueurs de l’hiver semblaient avoir endommagé les cultures. Certaines parcelles d’altitude avaient  été  ressemées au printemps. Mis à part ces accidents là, les céréales ont compensé un faible nombre d’épis par mètre carré par de gros épis et avec un bon remplissage du grain. Le poids spécifique (poids du grain pour un volume de 100 litres) des blés et des orges d’hiver est bon. Mai et juin, déficitaires au niveau des précipitations, ont contribué à préserver un état sanitaire sain des cultures. Sur cette campagne, la nuisibilité des maladies pour les céréales a été très faible. En comparaison, lors des printemps 2008 et 2007, ce facteur avait fortement pénalisé les cultures et notamment les orges d’hiver. En comparaison, le rendement moyen national du blé tendre, à 73,8 qx/ha, gagnerait 1 quintal/ha comparé à 2008.
La sole annuelle en céréales et maïs se maintient  aux alentours des 40 000 hectares en HauteLoire : 39 800 ha exactement dont 12 500 de blé tendre, 7 800 d’orge d’hiver, 7 500 ha de triticale, 4 000 ha d’autres céréales, 250 ha de maïs grain et 7 750 ha de maïs fourrage.
Avec les 4 500 ha de Lentilles Vertes du Puy AOC (10 %), sur 45 100 ha de cultures annuelles, le département produit 32 000 ha de céréales (71 %), 8 000 ha de maïs (18 %), 700 ha d’oléagineux et 80 ha de protéagineux (inférieur à 2% pour les 2).
80 % des céréales produites sont autoconsommées et 20 % sont commercialisées.

Le cours des céréales a chuté au niveau le plus bas pour cette récolte, avec des prix d’acomptes payés à 100 € tonne en août 2009.  Aussi bien en France que dans le reste du monde, les estimations de récolte ont été révisées à la hausse. Le prix du blé est également sous l’influence négative des marchés boursiers.  Les mauvaises perspectives pour l’économie mondiale en septembre sont peu encourageantes en terme de demande.

Expérimentations

Les résultats d’expérimentations de Valprivas et St Flour peuvent permettre aux agriculteurs de bien choisir l’espèce de céréales et les variétés.
Les deux parcelles d’essais étaient situées à St Flour dans le Cantal et à Valprivas en Haute-Loire. Les résultats présentés correspondent à la synthèses des 2 sites.
Les rendements  obtenus sont  d’un faible niveau pour les blés à Valprivas  à excellents pour les triticales à St Flour  avec 97 quintaux de moyenne sur 10 variétés testées. Force est de constater que la génétique de cette espèce ne cessent de progresser. Les seigles s’en sortent bien et produisent respectivement en moyenne 72 quintaux dans les deux parcelles. Preuve de la rusticité de cette espèce face à l’hiver difficile que nous avons connu. Cette année les orges étaient absentes des essais.
Entre 2001 et 2009, le triticale confirme sa position de leader en terme de productivité. Il est particulièrement adapté dans nos sols, notre climat montagnard difficile et nos systèmes d’exploitations polyculture élevage avec céréales autoconsommées et forts besoins de paille dans les bâtiments. Le graphique, ci dessous, présente les rendements moyens inter espèces entre 2001 et 2009 pour les plates formes d’essai de l’ACM.

L'Association Céréales Montagne

Des expérimentations pour vous conforter dans vos choix

Les Chambres d’Agriculture Haute-loire, Cantal et Lozère mutualisent depuis plus de 20 ans leurs travaux expérimentaux sur la culture de céréales en zone d’altitude. L’Association Céréales Montagne (ACM) joue ce rôle de coordination. Bernard Daudet, technicien Chambre d’Agriculture Haute-Loire organise les plates-formes expérimentales. Il conduit les essais et analyse les résultats pour les diffuser auprès des agriculteurs et de l’agro-fourniture. Il collabore avec les semenciers pour disposer sur ces trois départements des meilleures variétés adaptées à notre région. ARVALIS Institut du Végétal et le Service de l’Alimentation région Auvergne sont les deux organismes de choix qui apportent leurs compétences au service des chambres d’Agriculture, dans ce domaine de végétal.

Vulgarisation des techniques adaptées pour les zones d’altitude

Concernent la conduite des cultures, l’ACM a expérimenté et vulgarisé les techniques adaptées aux contraintes climatiques de nos zones d’altitude, comme par exemple le choix des espèces entre seigle, triticale, blé et orge, les dates et densités de semis optimales, la fertilisation et le choix des engrais azotés en adéquation avec la valorisation des effluents d’élevage. Aujourd’hui, l’observation de l’état sanitaire des céréales et l’usage raisonné des phytosanitaires qui en découle font parties intégrantes des nouveaux thèmes de travaux de l’ACM. Les techniciens des chambres d’Agriculture utilisent ces résultats de travaux pour vous conseiller au quotidien, en intégrant complètement les notions d’agriculture durable, les contraintes réglementaires communautaires qui se durcissent régulièrement. Il est en effet nécessaire de s’adapter aux trois enjeux suivants : la concurrence des marchés avec la mondialisation, le respect de l’environnement et les exigences sur la sécurité alimentaire des consommateurs.

Vous accompagner dans le changement

Par exemple, pour les deux derniers points, nous communiquons régulièrement avec les producteurs pour donner l’information la plus juste sur les homologations, les doses d’applications  et les délais d’utilisations des spécialités phytosanitaires avant récolte. Le contrôle des pulvérisateurs a fait l’objet de plus de 10 journées de formations théoriques et pratiques pour les agriculteurs du département à l’automne 2008. Pour autre exemple, les méthodes alternatives aux traitements chimiques des cultures sera un des nouveaux défis pour produire mieux demain. L’ACM mettra ces nouvelles techniques en expérimentation sur la plate forme d’essais 2009 – 2010, qui se situera en Haute-Loire sur le canton de Loudes.  Désherbage mécanique avec herse étrille, bineuse ou désherbineuse, implantation d’un couvert végétal pour limiter la germination des adventices, travail du sol avec faux semis seront présentés sur céréales, lentilles et maïs fourrage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui