La Haute-Loire Paysanne 25 juin 2010 à 10h01 | Par V.Gruber

Céréales Montagne - Une plateforme d’essais pour faciliter les choix des éleveurs

Plus d’une centaine d’éleveurs a visité la plateforme d’essais conduits sur céréales et maïs à St Paulien.Visite et premiers enseignements des essais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Chambre d’Agriculture de Haute-Loire et EuréaCoop, adhérents de l’ACM,
ont organisé cette journée technique.
La Chambre d’Agriculture de Haute-Loire et EuréaCoop, adhérents de l’ACM, ont organisé cette journée technique. - © HLP

La plateforme d’essais de l’Association Céréales Montagne (ACM) installée à St Paulien sur les parcelles du Gaec du Pérouet, a ouvert ses portes durant toute la journée du 18 juin.
Les éleveurs et des techniciens, de la Haute-Loire, mais aussi du Cantal et de Lozère, se sont succédés sur les parcelles pour observer le comportement des nouvelles variétés de blé, de triticale, d’orge et de maïs ensilage. De ces nouvelles variétés, les éleveurs attendent beaucoup et en particulier de meilleurs rendements qui leur permettraient d’accroître leur autonomie alimentaire et leur revenu.
Mais les variétés étaient loin d’être la seule attraction du jour. Les méthodes alternatives au désherbage chimique ont également attiré les foules.

Comportement des variétés et méthodes alternatives au désherbage chimique


La maîtrise sanitaire des cultures et la lutte encore plus efficace contre les adventices dans un objectif de réduction de l’emploi des produits phytosanitaires se trouvent au coeur de la réflexion actuelle des agriculteurs ; ces derniers doivent en effet répondre aux nouvelles réglementations en matière environnementale : «Le plan Ecophyto, mis en place par le ministère de l'agriculture et de la pêche à la suite du Grenelle de l'Environnement, vise à réduire de 50 % l'usage des produits phytosanitaires en agriculture, à l'horizon 2018. Pour aider les éleveurs à répondre à ces exigences, «l’une des missions de l’ACM est d’essayer de mettre en oeuvre des méthodes alternatives à base de désherbage mécanique» a confié Bernard Daudet, animateur de l’ACM et technicien en productions végétales à la Chambre d’Agriculture. 
Même si les 70 litres d’eau de pluie tombés sur la plateforme durant les quatre jours précédant cette journée porte ouverte ont empêché toutes démonstrations de matériels de désherbage alternatif, les machines (herse étrille et désherbineuse) étaient au rendez-vous et leurs technico-commerciaux aussi.
Chacun a ainsi pu se renseigner sur l’efficacité de ce type de matériels qui contribue à réduire le recours aux produits chimiques et donc le coût du désherbage chimique.
Les visiteurs sont repartis avec quelques noms de nouvelles variétés en tête et de nouvelles méthodes de travail qu’ils décideront peut-être de mettre en oeuvre sur leur exploitation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,