La Haute-Loire Paysanne 06 octobre 2016 à 08h00 | Par Suzanne MARION

Campagnol : La FDGDON a «des moyens de lutte qui valent le coup d’être essayés»

Une journée de démonstration de moyens et matériels de lutte contre le campagnol terrestre et la taupe est organisée jeudi 13 octobre à St André de Chalencon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christian Munier : «L’objectif de cette journée est de présenter des techniques de lutte à la hauteur de ce que les agriculteurs attendent».
Christian Munier : «L’objectif de cette journée est de présenter des techniques de lutte à la hauteur de ce que les agriculteurs attendent». - © HLP

Haro sur le campagnol terrestre et sa cousine la taupe. La FDGDON (Fédération départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) de Haute-Loire organise jeudi 13 octobre à St André de Chalencon, lieu-dit Poupenac, une journée de démonstration des moyens et des matériels de lutte contre ces nuisibles. Le département est actuellement dans une phase de basse densité où les prairies restent sans dégâts. Mais, «malgré ce calme apparent, nous nous devons de rester vigilants. En effet, les taupes sont à l’œuvre et préparent le terrain pour une recolonisation des campagnols terrestres» explique le technicien Jérémy Convers.C’est pourquoi, la FDGDON passe à l’action et communique. Conduite en partenariat avec la FDCUMA, cette journée de sensibilisation se donne pour objectif «de présenter des techniques de lutte à la hauteur de ce que les agriculteurs attendent» comme le souligne le président de la FDGDON, Christian Munier. En effet face à des dégâts très importants en phases de pics de pullulation, la Fédération ne pouvait plus se contenter de préconiser des moyens type piégeage, qui ont fait leurs preuves, mais qui sont inadaptés aux structures des exploitations d’aujourd’hui et à l’étendue de la propagation des populations de campagnols terrestres. Il fallait trouver d’autres moyens moins chronophages et efficaces.Ainsi, lors de cette journée, des démonstrations de matériels de travail du sol, sous-soleuses et rouleaux top («ou taupe»), seront proposées. Ces techniques visent à détruire les galeries de ces animaux et à ralentir ainsi leur multiplication. Notons que par ailleurs, l’utilisation de ces outils est également d’un intérêt d’un point de vue agronomie. La CAMDA mettra aussi en avant le gazage des taupes, autre méthode intéressante puisqu’il est démontré que le développement du campagnol est étroitement lié au développement des taupes.Le piégeage sera aussi présenté par la FDGDON, de même que la lutte chimique qui existe encore. Enfin, le SRAL (Service Régional de l'Alimentation) entre autres chargé de la mise en œuvre des politiques sanitaires animale et végétale, interviendra avec une méthode nouvelle actuellement en phase de testage avec des résultats encourageants, l’utilisation de la glace carbonique.Bref, tous les moyens actuels pour lutter contre ces prédateurs seront exposés par les différents organismes impliqués.


Lutte précoce et collective

Le but de cette journée du 13 octobre, c’est de sensibiliser les agriculteurs pour développer cette lutte avec tous les moyens à notre disposition. «Nous, FDGDON et plus largement FREDON (structure régionale), voulons aider les agriculteurs à réagir et à s’organiser pour mettre en place une lutte précoce, qui sera d’autant plus efficace qu’elle sera collective. Et, même si à ce jour, nous n’avons pas le remède miracle, nous avons la possibilité de limiter les dégâts de ce ravageur» explique Christian Munier. Le président se dit très marqué par «le désarroi des éleveurs du Cantal en 2015» qui ont subi une attaque sans précédent. «Je n’avais jamais vu pareil désastre» ajoute-t-il. Jusqu’en 2015, le président reconnaît que la FDGDON existait plus comme «une roue de secours» à laquelle on faisait appel en cas d’attaques plus virulentes. L’organisme départemental aportait du conseil mais il lui était difficile d’anticiper et de faire de la lutte précoce. Aujourd’hui, la donne a changé. «Grâce à la profession, et je pense notamment au syndicalisme, nous avons la possibilité d’accéder au FMSE (Fonds national de Mutualisation Sanitaire et Environnemental)», ce qui apporte quelques moyens financiers. Ainsi la FDGDON a pu enclencher un travail sur le long terme, pour une lutte plus efficace. Déjà les choses bougent. «À la suite de l’arrêté de lutte obligatoire pris par le Préfet de Haute-Loire, avec l’accès au FMSE et après les formations dispensées par la FDGDON durant l‘hiver 2015/2016, déjà 130 contrats ont été validés pour 200 agriculteurs formés». Un premier pas pour le président qui souhaite poursuivre sur cette lancée, et l’organisation de cette journée à St André de Chalencon est une nouvelle étape. Et de rappeler «on a des moyens de lutte qui valent le coup d’être essayés» c’est ce qui sera démontré sur le terrain.Voilà pourquoi Christian Munier invite les agriculteurs à «venir nombreux le 13 octobre à cette journée et à travailler collectivement pour lutter efficacement contre ces ravageurs de nos prairies ; car il ne faut pas oublier que le préalable à toute lutte contre le campagnol passe par une lutte contre la taupe».

Suzanne Marion

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui