La Haute-Loire Paysanne 11 février 2010 à 10h09 | Par Suzanne MARION

Campagne de sensibilisation au risque de renversement des tracteurs

Le Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche et la Mutualité Sociale Agricole lancent une campagne de prévention sur les risques de renversement des tracteurs. C'est en effet la première cause d'accident mortel avec une machine chez les exploitants agricoles. Des visuels et un slogan chocs : "Votre tracteur bascule et c'est toute votre vie qui bascule".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visuel et slogan chocs.
Visuel et slogan chocs. - © Ministère de l'Agriculture - MSA

Le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche et la Mutualité Sociale Agricole (MSA) lancent une campagne de prévention auprès des agriculteurs sur les risques de renversement des tracteurs, qui constituent la première cause d’accident mortel avec une machine chez les exploitants agricoles. Entre 2004 et 2007, en France, 74 décès suite à un renversement de tracteur ont été recensés.
Cette campagne s’appuie sur des visuels et un slogan percutants : «votre tracteur bascule, et c’est toute votre vie qui bascule». Ce message est relayé par affichages dans différents lieux destinés aux agriculteurs (chambres d’agriculture, concessionnaires agricoles, etc) et via la presse professionnelle locale et nationale. 
La campagne implique également 5 partenaires majeurs du monde agricole et rural qui mènent des actions sur le terrain pour lutter contre ces accidents : la Fédération nationale des coopératives d’utilisation de matériels agricoles (FNCUMA), le Syndicat national des entreprises de service et de distribution du machinisme agricole (SEDIMA), Groupama,
le Crédit agricole assurances et l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA).
Depuis le 1er janvier 2010, la mise en œuvre de la loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux rend obligatoire l’équipement de tous les tracteurs présents sur une exploitation d’une structure de sécurité anti-retournement. 
En accompagnement de l’application de la loi, la campagne de prévention a pour objectif de sensibiliser les agriculteurs aux bonnes pratiques permettant d’éviter les accidents : entretenir régulièrement les machines, utiliser un engin adapté, ralentir avant de tourner, utiliser le frein moteur en descente, aménager les zones d’évolution…

La MSA s’engage

Engagée depuis 40 ans dans la prévention des risques professionnels agricoles auprès de 4 millions de personnes, la MSA a souhaité communiquer sur les risques de renversement de tracteur auprès de son public en encourageant les bonnes démarches de prévention. Sa campagne de sensibilisation / information et son dispositif d’accompagnement sur le terrain poursuivent un triple objectif :
.  changer les comportements en suscitant une vraie prise de conscience,
. informer sur les bonnes pratiques,
. se positionner comme conseil, capable de contribuer à la prévention du risque, notamment par des diagnostics personnalisés qu’elle propose aux  agriculteurs.
Toutes les informations sur cette campagne sont sur le site de la MSA : www.msa.fr

Le ministère s’engage aussi

Depuis la parution de la loi sur le retournement des tracteurs, en 2005, plusieurs mesures d’accompagnement ont été réalisées par les services du ministère :
. un cahier des charges techniques a fixé les prescriptions applicables pour équiper les tracteurs du parc ancien par un dispositif approprié de pro- tection en cas de renversement. Les agriculteurs, distributeurs et constructeurs peuvent ainsi disposer de tous les référentiels techniques nécessaires. Ce texte a fait l’objet d’un arrêté publié au Journal Officiel du 18 mars 2006.
. un logiciel, conçu par le CEMAGREF, est mis en ligne sur le site public du ministère pour permettre  la conception et l’installation, par toute personne compétente, d’un arceau arrière de protection adapté aux tracteurs anciens. Ce programme informatique est enrichi en continu en fonction des besoins exprimés par les agriculteurs.
. le ministère a également participé à l’étude de faisabilité menée en 2006 et 2007 par la MSA.
Pour en savoir plus : www.agriculture.gouv.fr (thématique emploi-social/santé et sécurité au travail)

Source : ministère de l’Agriculture - MSA

Toutes les régions et toutes les exploitations
ne sont pas égales face au danger

Au terme d’une analyse précise de ces accidents, la MSA est capable d’en identifier les facteurs déclenchant : type de matériel, période de l’année, nature du terrain, types de travaux, conduites à risques, ce qui lui permet d’engager une action terrain efficace parce que ciblée. Cette action est confiée à des conseillers en prévention.
On peut lister quelques éléments répertoriés :
• Les lieux où interviennent les renversements de tracteur
- 73 % au champ ou dans la cour de ferme
- 23 % sur le réseau routier
• Les tracteurs impliqués dans les renversements
- 64 % tracteurs standards
- 19 % tracteurs étroits
- 8 % enjambeurs
• Les circonstances de renversement de tracteur les plus fréquentes
- le transport de lourdes charges,
- l’usage de tracteur étroit,
- le tassement d’ensilage,
- les travaux en pente,
- l’usage d’un chargeur frontal,
- l’usage d’un outil déporté
... soit l’ensemble des opérations susceptibles de fragiliser la stabilité du tracteur et d’entraîner un retournement par déplacement du centre de gravité.
• La psychologie des agriculteurs
Elle constitue un élément avec lequel il faut compter pour opérer un changement de mentalité.
Sur-responsabilisés dans leur travail, peu
enclins à se faire assister ou même protéger, les agriculteurs ont développé une mentalité fondée sur une liberté d’action dans le travail qui est perçue comme une contrepartie méritée d’un contexte professionnel de plus en plus dur. On note d’ailleurs que les accidents de renversement sont plus nombreux chez les agriculteurs non salariés.
• Les régions les plus touchées
Le Sud de la France : en Auvergne on a compté entre 1995 et 2007, 10 à 14 accidents mortels dus à un retournement de tracteurs.
• Les activités les plus touchées :
- la polyculture,
- l’élevage,
- la viticulture.
• Efficacté constatée des SPCR (structures de protection en cas de renversement) :
- dans au moins 46 % des cas, la structure a permis de conserver un espace de survie suffisant autour du conducteur.
- toutefois, le port d’une ceinture de sécurité aurait été nécessaire pour éviter l’éjection du conducteur en dehors de cette zone de survie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,