La Haute-Loire Paysanne 06 novembre 2013 à 08h00 | Par Véronique GRUBER

Journée d'action pour les vétérinaires - Les vétérinaires s’élèvent contre l’une des dispositions du projet de loi

Le 6 novembre, les 25 cabinets vétérinaires de Haute-Loire ont prévu de rester porte close pour manifester leur désaccord avec l’une des mesures du projet de loi d’avenir pour l’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le projet de loi pour l’avenir de l’agriculture prévoit l’interdiction, pour les vétérinaires, de vendre des antibiotiques critiques aux éleveurs.
Le projet de loi pour l’avenir de l’agriculture prévoit l’interdiction, pour les vétérinaires, de vendre des antibiotiques critiques aux éleveurs. - © Sandra Roupnel/Réussir

Loi d’avenir pour l’agriculture :

Une disposition introduite dans le projet de loi d’avenir pour l’agriculture déclenche la colère des vétérinaires. Le point avec Gilles Bastien, praticien à Brioude.

 

L’avant-projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt a suscité l’indignation et la colère des vétérinaires. Pouvez-vous nous en expliquer les raisons?
Gilles Bastien, président de la section Haute-Loire du syndicat national des vétérinaires : «Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture contient une disposition, rajoutée à la dernière minute, qui vise à restreindre notre plein exercice de la pharmacie vétérinaire.
Les vétérinaires ont toujours délivré des médicaments pour soigner les animaux et ceci depuis le départ. Or, un projet de modification du code de la santé publique établit une liste d’antibiotiques que les vétérinaires ne pourront plus délivrer directement.  Les éleveurs devront donc aller chercher ces médicaments à la pharmacie. Notons que cette liste est définie par arrêté ministériel et peut donc s’allonger à tout moment !
Cette disposition est une atteinte à notre diplôme de vétérinaire, qui ouvre droit au plein exercice de la pharmacie vétérinaire, c’est aussi un manque de confiance exprimé par le gouvernement envers les vétérinaires qui ont pourtant fait leurs preuves dans la maîtrise de la santé animale au côté des éleveurs ! Les vétérinaires sont indignés.

 

(...)

Propos recueillis par
Véronique Gruber

 

Retrouvez l'article entier à lire dans les pages de la Haute-Loire Paysanne du vendredi 8 novembre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui