La Haute-Loire Paysanne 24 mars 2010 à 16h21 | Par S. Lablanquie

Agréole Développement partenaire d'Auversun

Le 12 mars dernier, le partenariat qui lie Agréole Développement et Auversun est officiellement lancé. Agréole Développement est une société créée en 2009 à l'initiative de la FRSEA, qui aide à l'élaboration de projets photovoltaïques sur les exploitations agricoles notamment. Auversun est une entreprise qui fabrique des panneaux photovoltaïques. Un partenariat qui s'impose…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Leblay, gérant d’Agréole Développement et Gérard Escot, président d’Auversun.
Michel Leblay, gérant d’Agréole Développement et Gérard Escot, président d’Auversun. - © HLP

Fournir et poser quatre mégawatt de panneaux photovoltaïques dans les douze prochains mois. C’est l’objectif du partenariat signé vendredi 12 mars entre Agréole Développement et Auversun, PME auvergnate. A cette occasion 250 agriculteurs étaient invités dans les locaux de la fabrique Auversun pour visiter la chaîne de montage.
Agréole Développement, une société créée début 2009 de la volonté de responsables de la FRSEA, apporte une aide concrète pour l’élaboration de projets de panneaux photovoltaïques. « L’important est de répondre à la demande des agriculteurs qui souhaitent investir dans les énergies renouvelables. Nous les accompagnons, mais la décision finale leur appartient » explique le gérant Michel Leblay.
Agréole Développement les aiguille et les conseille, depuis l’étude technique jusqu’à l’industrialisation des sites. Des partenariats sont en cours de contractualisation avec les entreprises Jit Solaire et Tenesol. Désormais, Agréole Développement franchit un nouveau cap en s’amarrant à Auversun.
Pour le fabricant de panneaux solaires, ce partenariat lui ouvre un débouché significatif. « Le contrat représente entre 20 et 30% de notre production » estime Stéphane Heulin, directeur général d’Auversun. Quels sont les atouts de l’entreprise ? « La qualité de nos panneaux et notre façon de gérer l’après-vente répond Stéphane Heulin. Les panneaux sont fabriqués ici et pas à 20 000 km. » Auversun assemble les panneaux, dont les composants sont exclusivement originaire de l’Europe. L’entreprise propose des panneaux solidaires conçus pour s’adapter aux bâtiments agricoles, baptisés Agrisun. Solidaires d’un bac en acier, les panneaux forment une couverture étanche.
Auversun est d’ores et déjà troisième fabricant de modules  photovoltaïques en France. Une première chaîne de montage de panneaux a démarré en avril 2009, sa capacité de production est de 22 mégawatts par an. Aujourd’hui, l’entreprise a le vent dans le dos et pense à augmenter sa voilure : au troisième trimestre Auversun décidera de la mise en place ou non d’une seconde chaîne de montage et la PME prévoit d’embaucher une vingtaine de personnes ces prochains mois.

André Barthelemy, éleveur ovin à Saugues
André Barthelemy, éleveur ovin à Saugues - © HLP

Bientôt les premiers panneaux

Début des travaux dans un mois… 560 m² de panneaux en silicium monocristallins et polycristallins, pour un total de 70 kiloWc, seront placés sur deux bâtiments agricoles de Saugues. André Barthelemy, éleveur ovin, a choisi de se tourner vers le photovoltaïque et vient de signer le tout premier contrat dans le cadre du partenariat entre Auversun et Agréole développement. « Avec mon exploitation de 70 ha et de 600 brebis, je n’ai pas le temps de développer d’autres activités complémentaires. Les panneaux me permettront d’assurer un revenu. »
Pour un investissement initial de 300 000 euros, avec un tarif de rachat à 57 centimes d’euros le kwh, les panneaux devraient apporter entre 6000 et 8000 euros à l’exploitation pendant les treize premières années - le temps d’amortir l’installation - et entre 25 000 et 30 000 les années suivantes.

Deux équipes de onze techniciens se relayent au chevet de la chaîne de montage de l’usine Auversun.
Deux équipes de onze techniciens se relayent au chevet de la chaîne de montage de l’usine Auversun. - © HLP

La radiographie d’un panneau

Le panneau photovoltaïque est composé de quatre fines couches. A commencer par une grille conductrice, sur le dessus du panneau, pour collecter les électrons. Elle doit résister à la corrosion et être liée au silicium. Ensuite on retrouve un antireflet qui permet de réduire au maximum les pertes d’énergie par réflexion et de faciliter la pénétration des photons dans la cellule. Nous sommes maintenant au cœur du panneau avec une couche de silicium porteuse d’une charge négative avec des électrons libres qui jouxte une couche de silicium porteuse d’une charge positive. Enfin, au dos du panneau, une surface de contact en métal collecte elle aussi les électrons. A noter qu’une cellule photovoltaïque de bonne qualité ne transforme que 17% de l’énergie totale reçue du soleil.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui