La Haute-Loire Paysanne 17 juin 2009 à 15h52 | Par Jocelyn Kerleaux et Sophie Giraud

Action syndicale - Les agriculteurs défient la grande distribution

Les plates-formes de distribution des enseignes Leclerc et Intermarché situées dans l’Allier, ont été bloquées par plus de 400 agriculteurs de toute la région. Une action pour dénoncer les pratiques commerciales jugées abusives de la grande distribution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur la plate-forme logistique d’Intermarché, les agriculteurs de la région se sont relayés pour assurer le blocage du site. Un gouffre sépare les prix payés aux producteurs des prix vendus aux consommateurs. A qui profitent les marges ?

La crise laitière a été le détonateur de la mobilisation syndicale. Exaspérés par des prix qui peinent de plus en plus à couvrir les charges de production, alors que dans les rayons, les prix à la consommation restent à des niveaux élevés, la profession veut savoir ce qui se passe derrière les marges. Avant même le 11 juin, date fixée par la FNSEA et les JA dans le cadre d’un mot d’ordre national, des agriculteurs, bien décidés à en découdre avec des pratiques commerciales jugées abusives et déséquilibrées, ont commencé à bloquer des plates-formes de distribution. Parmi eux près de 400 agriculteurs réunis à l’appel de la FRSEA et des JA Massif, qui dès mardi soir, ont pris la route en tracteurs, direction le Nord de la région (*). Certains d’entre eux sont partis à 11h00 du soir, pour arriver autour des 5 heures du matin, sur les plateformes de distribution d’Intermarché et de Leclerc, situées respectivement sur les communes d’Avermes et d’Yzeure, dans la proche banlieue de Moulins, dans l’Allier. Si le poids des hommes a sans conteste pesé dans le bon déroulement du blocage, la présence d’une trentaine d’engins agricoles a facilité les opérations. Ainsi dès mercredi matin, plus aucun camion n’entrait ni ne sortaient des deux sites. De quoi mettre un sérieux coup de frein à l’activité des deux principaux centres logistiques de la région Auvergne. La plateforme Leclerc enregistre au moins 800 mouvements de camions par semaine, sachant que le mercredi et le jeudi sont les jours où le trafic est le plus dense. Celle d’Intermarché approvisionne une centaine de magasins dans huit départements autour de l’Allier.

Bras de fer

Autant dire que les trois jours de blocage sont loin d’être neutres pour les enseignes. Dès le premier jour, les manifestants ont ainsi reçu la visite d’un huissier. Au fil des heures, le bras de fer s’est engagé entre les producteurs, les entreprises et la préfecture de l’Allier. Les producteurs du Puy-de-Dôme, rejoints jeudi par ceux de l’Allier à l’appel de l’UDSEA, de la FDSEA et des JA, puis vendredi par des agriculteurs de la Nièvre, de la Haute-Loire et de la Creuse, ont fait front.
Au final la pression du terrain a payé puisque la FNSEA et les JA ont été reçus par Michel Barnier et Luc Chatel, vendredi.

39 plates-formes bloquées par 7000 agriculteurs

Les présidents de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs ont expliqué la colère et les revendications déterminées des milliers d'agriculteurs qui, durant plusieurs jours, ont bloqué 39 plates-formes des centrales d'achat, soit la moitié des bases présentes sur le territoire. Jean-Michel Lemétayer et William Villeneuve ont exigé du Gouvernement des actions concrètes pour obtenir enfin la transparence des marges tant attendue, et pour mettre fin à certaines pratiques commerciales déloyales voire illégales. Ils ont demandé solennellement que l'Etat remplisse son devoir de gendarme et remette de l'ordre, de l'équité et de la morale dans l'intérêt commun des producteurs agricoles, des salariés et des consommateurs.  Les ministres les ont assurés de la détermination du gouvernement à diligenter un plan de contrôles de vaste ampleur par les agents de la DGCCRF dans les enseignes de la grande distribution, à publier rapidement et régulièrement les premiers résultats de l'observatoire des prix et des marges et à réaliser un bilan de la LME, tout particulièrement de la négociabilité des conditions générales de vente. Au niveau régional, suite à une entrevue avec les services de l’Etat, les responsables syndicaux ont obtenu la mise en place, d’ici l’automne, d’un observatoire régional des prix et des marges. Un premier pas.

(*) Au total près de 400 agriculteurs se sont relayés pour assurer les trois jours de blocage. Certains d’entre eux ont passé trois nuits blanches

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui