La Haute-Loire Paysanne 11 avril 2013 à 15h13 | Par Suzanne MARION

Action du 12 avril - « L’objectif est d’arriver à une hausse du prix du lait de 10 % »

Les actions sont maintenues le vendredi 12 avril dans les régions. Pour la Haute-Loire la manifestation aura lieu dans la matinée ce vendredi 12 avril, devant la préfecture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Président de la FDSEA de Haute-Loire 
et de sa Section laitière
Président de la FDSEA de Haute-Loire et de sa Section laitière - © HLP
La table ronde laitière du 8 avril avait pour objet de traiter l'urgence de la situation. Les enseignes de distribution se sont engagées à passer des hausses de tarifs d'achat. Quelles sont les avancées obtenues et dans quels délais ?
À l’issue de la rencontre du 8 avril, certaines enseignes se sont engagées sur l’ensemble des produits, et d’autres, à l’image de Système U, ont émis plus de réserves et souhaitent appliquer une augmentation sur le lait de consommation et sur 6 mois seulement. L’ensemble de la Distribution est prêt pour appliquer ces hausses dès ce mois d’avril.

La FNSEA est-elle satisfaite de ces décisions ?
Aujourd’hui, une partie du travail a été fait.C’est un premier pas.La balle est dans le camp de la distribution et de la transformation, qui doivent se mettre d’accord et appliquer ces augmentations au plus vite. Pour nous, il est impératif que ces répercussions soient appliquées d’ici fin avril ou début mai, pour redresser la situation des exploitations laitières.L’objectif est d’arriver à une hausse du prix du lait de 10 %, indispensable pour faire face à la hausse des charges qui pèse lourdement sur les exploitations.

Quelles sont les mesures prises pour que ces accords soient respectés ?
On avait obtenu l’accord du 3 juin 2010 qui a été appliqué sur certaines production comme la viande bovine, mais n’a jamais été effectif sur le lait.C’est la première fois qu’on y arrive.Néanmoins, il faut que la cadre juridique de la LME (Loi de Modernisation…) soit revu pour y intégrer la notion de coûts de production.
Nous continuons le combat pour obtenir une hausse sur l’ensemble des produits laitiers puisque nous subissons bien la hausse des charges sur l’ensemble de notre production.Nous avons décidé de poursuivre les actions engagées afin de maintenir la pression ; pression qui paie puisque c’est grâce à nos actions que nous avons obligé la filière à revenir autour de la table des négociations.De plus, sur le Bassin du Puy, nos interventions dans les supermarchés ont conduit à un prix plancher de 60 cts d’euros ; aucun lait n’est vendu en deçà de ce prix.
L’État a nommé un médiateur qui doit veiller à l’application des accords obtenus le 8 avril.Quant à nous, FNSEA, nous maintenons nos actions du 12 avril dans les régions, puis du 23 juin à Paris.
Pour la Haute-Loire, nous organisons une manifestation devant la Préfecture, ce vendredi à 10h, pour demander aux pouvoirs publics d’intervenir pour rééquilibrer les relations entre producteurs, transformateurs et distributeurs. 

Propos recueillis par
Suzanne Marion
Quand la mobilisation paye
Quand la mobilisation paye - © FDSEA

ACTION SYNDICALE :

Quand la mobilisation paye

 

Après la réunion de la section, les délégués cantonaux lait et le groupe lait JA se sont rendus à Super U à Aiguilhe : suite au courrier envoyé par la FDSEA et les JA au responsable du magasin, lui demandant de s’engager à augmenter le prix du lait en rayon, ils sont allés vérifier si cela avait été fait. Les producteurs, en trouvant du lait 1er prix à 0,55 € le litre, ont pu constater que cela n’était pas le cas. De ce fait, comme dans les autres grandes surfaces le 22 mars dernier, ils ont stické les produits, distribué des tracts et sorti des rayons les packs de lait 1er prix, ces derniers ayant été distribués gratuitement aux consommateurs après leur avoir expliqué le sens de cette action. Yannick Fialip a par ailleurs pu échanger par téléphone avec le directeur de Super U.
La mobilisation des agriculteurs a porté ses fruits : suite à ces actions, les enseignes Auchan et Super U ont augmenté le tarif du lait 1er prix de 3 à 5 cts, pour le porter à 0,60 cts / litre.
Reste à faire en sorte maintenant que ces augmentations en magasins reviennent aux producteurs. C’est l’un des objectifs de la mobilisation du 12 avril prochain devant la Préfecture : mettre la pression sur les pouvoirs publics pour qu’ils interviennent dans le rééquilibrage des relations entre producteurs / transformateurs / distributeurs et qu’enfin, les coûts de production soient pris en compte dans la détermination du prix du lait payé aux producteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui