La Haute-Loire Paysanne 28 janvier 2011 à 11h14 | Par Véronique GRUBER

22 jeunes bergers ont participé aux Ovinpiades départementales

Ils étaient 22 élèves des 3 lycées agricoles de Haute-Loire à s'affronter sur les 5 épreuves pratiques et théoriques des Ovinpiades, jeudi 20 janvier à Frugères le Pin. Tri des brebis, parcours en quad, appréciation de l'état corporel d'animaux, parage et quiz ont permis de départager les candidats. 8 d'entre eux participeront aux sélections régionales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Ovinpiades : une belle promotion pour la production ovine. (© HLP) Épreuve de parage avec la cage de retournement. Le candidat note l'état corporel d'une brebis. Un parcours de maniabilité en quad.

Jeudi 20 janvier, 22 jeunes lycéens provenant des trois établissements agricoles du département (ISVT de Vals-près-Le Puy et les lycées de Brioude-Bonnefont et d’Yssingeaux)  participaient aux Ovinpiades, un concours organisé par la Fédération Départementale Ovine (FDO 43) en collaboration avec la commission ovine de la Chambre d’Agriculture, les OP ovines du département et les lycées agricoles.

5 épreuves
Ces graines de bergers se sont affrontées durant toute la journée autour de 5 épreuves pratiques et théoriques sur l’élevage ovin. A la clé de ce concours, qui se décline au niveau régional (le 3 février au lycée agricole de Neuvy à Moulins) et national (durant le Salon International de l’Agriculture) : le titre de meilleur jeune berger.
Pour décrocher cette distinction délivrée à 8 jeunes au niveau départemental, ces derniers ont dû montrer leur savoir-faire dans chacune des épreuves. La première épreuve visait à trier des brebis ; les jeunes avaient pour mission de faire passer un lot de 10 brebis dans un couloir de contention, puis d’isoler 3 brebis repérées grâce à leur puce électronique (devenue obligatoire pour les agneaux nés à partir de juillet 2010).  Une fois ces brebis mises à l’écart, les candidats devaient les charger dans une remorque attelée à un quad.
La deuxième épreuve consistait à réaliser un parcours en quad auquel se trouvait accrochée la remorque chargée des 3 brebis. Cet exercice de maniabilité s’effectue sur un parcours de 300 mètres, balisé avec 15 plots positionnés de façon à évaluer la maîtrise de la conduite. Notons que le quad est un outil très utilisé par les éleveurs ovins et contribue d’ailleurs à l’amélioration des conditions de travail.
Les jeunes bergers étaient également chargés de manipuler, d’évaluer et de noter l’état corporel de 3 brebis dans le cadre de l’épreuve n°3, puis de procéder à la taille des onglons (parage) en utilisant la cage de retournement dans l’épreuve n°4.
Pour finir, ce sont les connaissances théoriques des candidats qui ont été testées à l’aide d’un quiz organisé en salle avec des questions sur l’élevage ovin (filière, alimentation, reproduction, sélection, logement, état de santé, races…).

Promotion du métier d’éleveur ovin
Pour les professionnels de l’élevage ovin, les Ovinpiades représentent une belle occasion de mettre en valeur le métier d’éleveur ovin, une profession qui a fortement évolué : «Nos conditions de travail sont beaucoup plus faciles qu’avant grâce aux équipements intérieurs des bergeries, au quad, au parc de tri, à l’identification électronique…» explique Claude Font, président de la FDO qui espère fortement susciter de nouvelles vocations parmi les jeunes à travers ce concours.
Sur le plan économique, il indique que la production ovine va mieux : «Nous avons bénéficié du rééquilibrage des aides en 2010 et l’automne a été favorable en terme de prix des agneaux. Mais il faut rappeler que le revenu des éleveurs est fonction de 3 paramètres : la productivité des élevages, le prix et les aides. Or, c’est sur la productivité, le facteur n°1 du revenu, que nous avons des efforts à faire !».
En 2010, l’appui technique a été réformé au niveau national, l’enveloppe nationale a été doublée, ce qui a permis d’élargir le nombre d’éleveurs en appui technique en Haute-Loire (notamment ceux hors OP) ; pour 2011, Claude Font confirme que tous les éleveurs qui souhaitent un appui technique pourront en bénéficier.  La profession travaille aussi sur de nouvelles thématiques telles que les coûts de production en élevage ovin ; une étude est en cours sur cette problématique en Haute-Loire.

Les 8 meilleurs jeunes bergers

1 - Monchamp Jonathan - Yssingeaux
2 - Terrisse Franck - Bonnefont
3 - Delabre Christophe - Bonnefont
4 - Boulet Priscilia - Bonnefont
4 ex aequo - Ollier Pierre Baptiste - Bonnefont
6 - Mansot Nicolas - Bonnefont
7 - Reyne Marion - Bonnefont
7 ex aequo - Chaze Guillaume - Bonnefont

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui