La Haute-Loire Paysanne 06 mai 2010 à 15h12 | Par Véronique GRUBER

2009, une bonne année pour la CEBM dont l'activité a augmenté de 28 %

La Coopérative des Eleveurs de Bovins du Mézenc a tenu son assemblée générale le 30 avril à St Pierre Eynac. Pour cet organisme, l'année 2009 a été plutôt favorable avec une hausse d'activité de 28 % . Celle-ci s'explique en partie par la réorganisation du travail entre la CEBM et Sicarev structure coopérative dans laquelle elle est engagée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : B.Meyronneinc, Philippe Dumas, Yvon Chabannes, Jean-Yves Besse et Pierre-marie Delangle.
De gauche à droite : B.Meyronneinc, Philippe Dumas, Yvon Chabannes, Jean-Yves Besse et Pierre-marie Delangle. - © HLP

En 2009, «nous avons commercialisé 7021 bovins contre 5468 en 2008, soit une progression de 28%» a signalé Yvon Chabannes, président de la coopérative. L’activité a progressé  dans l’ensemble des catégories d’animaux avec + 31% dans la viande, + 6% dans le maigre, + 51% dans les veaux et + 39% dans les reproducteurs.
Ce développement de l’activité s’explique en partie par une réorganisation du travail entre la CEBM et Sicarev, la structure coopérative dans laquelle elle est engagée.  Depuis début 2009, tous les achats réalisés dans les fermes de Haute-Loire par Sicarev (via la reprise de l’activité de l’entreprise Trivis il y a quelques années) transitent désormais par la CEBM. «Nous nous félicitons de la réussite de ce changement important pour notre développement et je tiens à remercier le formidable état d’esprit dont ont fait preuve Marc et Jean-Noël Trivis ainsi que leurs apporteurs dans sa mise en place» a souligné Yvon Chabannes.

Partenariat avec l’abatteur VLF

Ces bonnes performances en terme d’activité tiennent également à l’existence d’un partenariat entre la CEBM et VLF, une entreprise basée à St Etienne spécialisée dans la cheville limousine et au sein de laquelle Sicarev a pris une participation dans le capital.   «Ce partenariat a permis d’accroître de manière significative la commercialisation de génisses AOC Fin Gras du Mézenc et de relancer tout récemment la marque «Limousine des Monts du Velay» avec le concours du syndicat Limousin» note le président.
La CEBM a redressé sa situation financière. «Notre chiffre d’affaire est en progression de 19,58% par rapport à 2008 et notre résultat d’exercice s’élève à 51 652 euros… Ces résultats encourageants démontrent que la réorganisation de notre fonctionnement a été efficace». L’amélioration de la situation financière de la CEBM lui permet d’accroître son capital (à hauteur de 60 000 euros) dans le groupe Sicarev.
«Cette nouvelle prise de participation doit permettre d’investir dans un nouvel outil d’abattage à St Etienne» ; Sicarev est en effet sur le point de devenir le principal abatteur de la stéphanoise d’abattage à St Etienne. Spécialisé en bovins et veaux, cet abattoir qui fait l’objet d’un important projet de développement, est considéré par Yvon Chabannes comme une «garantie pour nos adhérents d’abattre leur production dans des abattoirs de proximité».
La CEBM a par ailleurs fait le choix d’investir dans un logiciel d’informatisation des achats qui permettra d’avoir un stock en instantané de la totalité des achats réalisés par les commerciaux : «cet outil nous permettra d’une part d’organiser les tournées de ramasse sans passage des commerciaux à la coopérative, mais aussi d’économiser du temps de saisie des bons d’achat, toujours source d’erreur» a expliqué Yvon Chabannes.
La CEBM a montré sa volonté de poursuivre et d’aller plus loin dans le partenariat avec les Eleveurs du Pays Vert ; après l’harmonisation de la collecte désormais effective entre la CEBM et la section Haute-Loire des Eleveurs  du Pays Vert, Philippe Dumas, président de Sicarev, parle d’aller plus loin dans les partenariats cette fois-ci à l’aval (sur les outils d’abattage…).

La contractualisation : pour organiser le marché

La CEBM a souligné la nécessité de proposer des animaux adaptés aux marchés. Si la qualité des produits des adhérents semble appréciée, en revanche, il leur reste encore des efforts à faire en terme de régularité et de planning de sortie. Quant à la contractualisation (dans laquelle quelques éleveurs se trouvent déjà engagés pour les génisses et jeunes bovins limousins), pour Yvon Chabannes, elle «permet d’organiser le marché» mais « ce serait un leurre que de laisser croire aux éleveurs qu’une contractualisation de l’ensemble de la production avec garantie de prix pourrait être une réponse à la crise que nous connaissons aujourd’hui».

• Lire dans notre édition papier

Zoom sur Sicarev, un groupe organisé en filières et qui s'investit dans l'aval.

La CEBM en chiffres

- 7021 bovins dont 42 % en viande, 29% en veaux, 26% en maigre et 3% en reproducteurs
- Viande : 2977 bovins
- Maigre : 1802 bovins
- Veaux : 2046
- Clients : 65% des animaux (toutes catégories confondues) sont commercialisés par l’intermédiaire de Sicarev, 17% par Altitude, 6% par VLF, 4% par Haute-Loire Viande et 3% par Sobevil.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Haute Loire Paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes